Perspectives

Haiti : Un aperçu du "Nouveau contrat social" du Groupe des 184


jeudi 17 novembre 2005

P-au-P., 17 nov. 05 [AlterPresse] --- Le Groupe des 184, plateforme
composée de certains secteurs de la société civile, a accouché de son projet,
le Nouveau contrat social, ce dimanche 13 octobre 2005 à l’Arcahaie, après
plusieurs années de consultation.

Ce document de 12 pages rédigé en créole et en français pose les jalons
d’une société plus juste, plus équitable. Les acteurs ont convenu de
la nécessité d’instaurer une justice citoyenne, protéger la vie, dynamiser et moderniser l’économie et promouvoir l’éducation à la citoyenneté en Haïti.

Par ailleurs, les membres du Groupe des 184 prônent dans leur document la pratique du sport et des loisirs, l’accès universel aux soins de santé, la
sauvegarde et la valorisation du patrimoine et de la créativité
culturelle, le développement régional équilibré, la régulation du
développement urbain, l’intégration réelle des haïtiens vivant à 
l’étranger dans toutes les sphères d’activités, la protection de
l’environnement comme priorité nationale et enfin la reconquête de la
souveraineté.

Le document énumère les points de blocage qui constituent une entrave à 
la cohésion sociale. On peut y lire : les discriminations contre la
paysannerie, le créole, le vodou, les femmes haïtiennes, les handicapés ;
une vision réductrice de la notion de peuple, le préjugé de couleur etc.

Les promoteurs du Nouveau contrat social ont, entre autres, pris
l’engagement de respecter et de promouvoir l’égalité des genres, le rôle
de la famille dans le renforcement du tissu social, d’ accorder un égal
respect à toutes les pratiques religieuses.

Ils s’engagent également dans ce livret de douze pages à valoriser l’esprit d’initiative ainsi que toute création de richesses matérielles, culturelles ou artistiques à quelque niveau que ce soit, à renforcer de manière active les associations de la société civile et les institutions politiques que sont le parlement, les assemblées locales et les partis politiques, à inclure les valeurs de la citoyenneté dans les programmes de l’éducation formelle et non formelle,
à redistribuer les fruits de la richesse nationale aux secteurs
sociaux en donnant l’impulsion à une « vraie solidarité nationale ».

Les acteurs se donnent pour mission dans le document d’appuyer les
secteurs paysan, syndical, professionnel, éducatif ; les associations de
femmes, les organisations populaires dans leurs activités. Par ce travail, la plateforme prend l’initiative de porter comme siennes, les aspirations des citoyennes et citoyens tant dans la vie privée que dans la vie publique.

Le moyen d’action avancé par les initiateurs est un plaidoyer qui
s’étendra sur « plusieurs années ». Trois grands axes sont visés : une
campagne d’information soutenue, un programme d’éducation et la
promotion systématique des dispositions du Nouveau contrat social auprès
du parlement et des instances décisionnelles.

Après la proclamation de ce
dimanche 13 novembre 2005, il appartient maintenant aux concepteurs du projet d’entreprendre les démarches nécessaires à sa concrétisation. [fl re gp apr 17/11/2005 20:35]