Documents

Haiti : Tournée américaine du groupe troubadour Ti Coca-Wanga Nègès


lundi 24 octobre 2005

Communiqué de la Fondation Culture Création

Soumis à AlterPresse le 21 octobre 2005

Le groupe Ti Coca Wanga Nègès représentera Haïti à la grande tournée américaine intitulée Masters of Caribbean Music. Cette tournée qui fait suite au Smithsonian Folklife Festival réalisé en 2004 aux Etats-unis d’Amérique, est organisée par deux institutions culturelles américaines, le National Council for the Traditional Arts et le Mid Atlantic Arts Foundation Present, dans le but de permettre à un large public d’explorer les musiques traditionnelles de la Caraïbe.

Deux autres figures légendaires de la musique caribéenne sont aussi invitées : Ecos de Borinquén de Porto Rico et The Mighty Sparrow de Trinidad.

Ces trois groupes de styles différents, jà­baro, calypso et troubadour, se produiront dans 16 villes des Etats-unis d’Amérique, du 25 octobre au 20 novembre 2005.

Le groupe Ti Coca Wanga Nègès s’envolera ce lundi 24 octobre pour représenter dignement Haïti à cet important rendez-vous de la musique traditionnelle caribéenne.

(...)


Notes biographiques

TI COCA et sa quintette WANGA NEGES

En 1971, Gérard Neptune et David Mettelus dit Ti Coca, musiciens autodidactes, créent avec deux autres amis musiciens du quartier de Péguy Ville à Pétion-Ville, le groupe Etoile de la jeunesse dont le répertoire puisait dans la musique populaire haïtienne dénommée troubadour. A l’époque, leurs instruments : le banjo, le tambour, la guitare acoustique, le manumba et le maracas joints à la voix électrisante de Ti Coca conféraient à cette musique une note toute particulière. On retrouvait souvent ce groupe animant des soirées tantôt au Village Hôtel, tantôt à La Chaumière à Kenscoff.

En 1976, après le départ de trois des membres de l’Etoile de la jeunesse, Ti Coca, dont la voix et le gestuel étaient déjà connus par un certain public port-au-princien, fait appel à d’autres musiciens et fonde un nouveau groupe qu’il dénomme Wanga Nègès en hommage à l’Amour et à l’oiseau portant le même nom. Cette fois, la contrebasse fait son entrée en remplacement du manumba.

En 1988, c’est au restaurant C’Est Si Bon que le groupe Ti Coca - Wanga Nègès connaît sa vitesse de croisière en se fusionnant avec un autre groupe troubadour qui animait certaines soirées du même restaurant. Henriette (Mousson) Roux, responsable de ce restaurant, a été l’une des premières à prendre en charge le managering du groupe. En cette même année, le groupe fusionné participe au festival de musique populaire de Fort-de-France, Martinique et en 1992, il part pour une représentation à St Nazaire, France marquant ainsi le début de sa renommée internationale.

Twa Fey, l’une des meilleures interprétations du groupe Wanga Nègès est reprise sur plusieurs disques parmi lesquels citons Fonds des Nègres Fonds des Blancs réalisé par Emmanuel Honorin en 1997, Haïti : Ti Coca / Toto Bissainthe et Musica Negra in America réalisé par la Network Median respectivement en 1999 et 2000, les trois vendus à plus de 20000 exemplaires à travers le monde.

En 2001, Wanga Nègès sur une décision controversée par rapport à son caractère traditionnel, introduit la batterie.

De 1998 à nos jours, entre tournées, festivals en Europe, en Amérique et dans les îles Caraïbes, Ti Coca et sa quintette Wanga Nègès dont la renommée ne fait point de doute en Haïti, fraye tranquillement mais sûrement son chemin sur la scène internationale de la musique.

Colette Pérodin Armenta
Directrice exécutive
Fondation Culture Création