Perspectives

Haïti / Pétrole : Le gouvernement haïtien en quête du Mexique


mardi 4 octobre 2005

P-au-P., 04 oct. 05 [AlterPresse] --- Le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Jacques Fritz Kénol, entreprend actuellement des pourparlers au Mexique en vue de trouver des solutions viables face aux hausses successives, ces derniers mois sur le marché national, des prix des produits pétroliers, a indiqué le directeur général du ministère du Commerce, Alix Raymond, au cours d’un entretien exclusif ce mardi 4 octobre à Alter Presse.

« Cette visite rentre dans le cadre des pistes de solution que cherche le gouvernement intérimaire pour faire face à l’augmentation des prix des produits pétroliers à l’échelle mondiale », a expliqué Raymond à l’agence en ligne AlterPresse.

Raymond n’a toutefois pas voulu révéler sur quelles bases le ministère haïtien du commerce est en train de négocier avec le gouvernement mexicain.

Interrogé sur les dispositions envisagées par le gouvernement provisoire, suite aux promesses de vente de produits pétroliers à meilleur coût faites le 2 octobre 2005 par le président du Venezuela Hugo Chavez, le directeur général du ministère du Commerce affirme avoir été informé, dans la Presse, de l’offre du Venezuela qui voudrait incorporer Haïti dans l’accord du PetroCaribe.

« Il revient au gouvernement d’analyser l’offre de vente des produits pétroliers à meilleur coût à Haïti », a-t-il déclaré.

Alix Raymond a renvoyé la balle dans le camp du gouvernement intérimaire en ce qui concerne la future gestion des achats des produits pétroliers, éventuellement par l’Etat haïtien ou par les 4 compagnies pétrolières (Texaco, Esso, Total et National) établies dans le pays, suivant le jeu de l’offre et de la demande pratiqué depuis plusieurs années.

Dans une émission hebdomadaire radiotélévisée à Caracas le dimanche 2 octobre (source : Associated Press), Hugo Chavez avait annoncé qu’à la suite d’une demande produite par son homologue brésilien Luis Inacio (Lula) Da Silva, son gouvernement avait décidé d’intégrer Haïti dans l’initiative PetroCaribe qui permet, jusque-là , à 11 pays de la Caraïbe de s’approvisionner en produits pétroliers à des prix préférentiels et/ou à des prêts concessionnaires.

L’annonce de Chavez est survenue suite à une visite au Brésil, où il a discuté du dossier d’Haïti avec les autorités du Brésil, dont les troupes militaires dirigent la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) depuis juin 2004.

La décision de Chavez d’inclure Haïti dans l’accord de PetroCaribe vient à un moment où le pays fait face à des augmentations répétées des prix des produits pétroliers, ayant provoqué un relèvement du tarif des transports publics ainsi que des ajustements à la hausse des prix de différents biens essentiels à la consommation, et par ricochet une élévation du coût de la vie sur tout le territoire national de la république caraïbe.

Le 3 octobre 2005, le Premier Ministre intérimaire haïtien, Gérard Latortue, avait laissé entendre que son gouvernement tente d’explorer, avec le Brésil (crédité d’une grande expérience en la matière, a-t-il dit), une piste « alternative » vers l’éthanol pour affronter la crise pétrolière, notamment l’utilisation de ce produit dans des véhicules. Cette question aurait été débattue avec le ministre brésilien des Affaires Etrangères, Celso Amorim, de passage en Haïti en septembre dernier.

Aujourd’hui, le gouvernement intérimaire d’Haïti rechercherait à la fois des solutions diplomatiques auprès du Brésil, du Venezuela et du Mexique, devant la montée des cours des produits pétroliers qui a occasionné des effets multiplicateurs sur le marché national. [jj rc apr 04/10/2005 19:00]