Español English French Kwéyol

Retour sur la cérémonie d’assermentation du 27ème Gouverneur Général du Canada

Respect, tolérance et partage, des valeurs " souveraines " pour Michaëlle Jean

Couverture par Nancy Roc

Soumis à AlterPresse le 28 septembre 2005

Notre compatriote, Michaà« lle Jean, est devenue officiellement la 27ème gouverneur général et vice-reine du Canada le mardi 27 septembre. La cérémonie d’assermentation, hautement protocolaire mais aussi chargée d’émotion, a eu lieu à 11h AM au Parlement canadien dans la salle du Sénat en présence du gratin politique canadien.

La salve de 21 coups de canon lui a été décernée en tant que chef d’Etat (les premiers ministres n’ont droit qu’à 10 coups) ainsi que 4 colliers spéciaux parmi lesquels ceux de chancelière et compagnon principal de l’Ordre du Canada, de chancelière et commandeur de l’Ordre du Mérite militaire, chancelière et commandeur de l’Ordre du Mérite des corps policiers et chef de l’autorité étatique du Canada.

Les invités à la cérémonie ont pu entendre les prestations de différents artistes canadiens pour la plupart inconnus du grand public. Au dehors, sur la colline Parlementaire, une centaine d’Haïtiens venus de Montréal étaient là pour appuyer et supporter l’accession d’une des leurs à Rideau Hall.

Dans son discours, le premier ministre Paul Martin, a rappelé le parcours de Michaà« lle Jean depuis son départ d’Haïti : « Michaà« lle Jean est une femme qui a une vision peu commune des choses, de les ressentir, de les saisir, de les expliquer. Madame Jean est renommée pour sa compassion, son désir d’être à l’écoute et surtout pour sa volonté de passer à l’action. Son histoire est remarquable : en 1968, elle a fuit Haïti avec sa famille pour se réfugier au Canada et s’installer au Québec. Elle n’a jamais regardé en arrière et s’est taillé une place, construit une famille. Mais dans tout ce qu’elle a accompli, elle a nourri les souvenirs de son passé. Dans son travail, on peut voir qu’elle a trouvé une boussole pour la guider vers l’avenir » a déclaré Paul martin en ajoutant que Michaà« lle Jean a été la voix de ceux qui doivent lutter pour se faire entendre.

« Elle ne s’est jamais contenté d’être un simple témoin mais elle a choisi d’être une femme d’action attachée à la justice sociale, soucieuse d’aider les plus démunis à se relever. Elle a tourné notre regard vers Haïti, son pays d’origine et s’est penchée sur son propre statut de femme noire, immigrante au Québec pour parler d’un Canada confiant, d’un pays qui regarde l’avenir, qui fait sa marque dans le monde. La fonction de Gouverneur général doit aussi pouvoir représenter le Canada que nous voulons. »

« Nous sommes une nation optimiste et ouverte sur le monde : regardez le visage du Canada et vous y verrez le monde. Michaà« lle Jean, votre vie reflète aussi l’expérience canadienne dans vos reportages et dans votre histoire nous voyons l’essence du Canada : le respect des autres cultures, des autres races, des autres nations et des autres poins de vue. A travers votre histoire, nous comprenons que nous avons le devoir et la responsabilité de protéger la dignité humaine. Vous représentez le canada à son meilleur : une nation déterminée à assurer l’égalité des chances et qui accepte les différences, en évoluant, en changeant. Vous représenterez le Canada du 21ème siècle », a conclu Paul martin en souhaitant succès à Mme Jean dans sa nouvelle fonction.

Lors de son discours d’assermentation (le seul qu’elle aura à prononcer durant son mandat de 5 ans car les autres lui seront soumis par le Premier ministre), la vice-reine du Canada a déclaré que « c’est avec fierté et beaucoup d’émotion qu’elle réponds à l’appel du destin qui prend parfois un tournant que l’on n’aurait pas osé imaginer ».

Tout en se déclarant honorée de la marque de confiance que lui a témoigné le Premier ministre en la désignant le 27e Gouverneur général du Canada, elle a souligné qu’elle tournait une page importante de sa propre histoire et entreprenais cette nouvelle aventure avec espoir et conviction. « Je voudrais avant tout vous parler d’espoir (...) car l’espoir a éclairé tout mon parcours d’enfant et de femme et s’est incarné dans ce pays aux possibilités illimitées que, il faut bien l’avouer, l’on tient parfois pour acquis. »

« Depuis la petite fille née dans un autre pays “barbelé de pied en cap†, pour reprendre l’expression si forte de mon oncle le poète René Depestre, celle qui a vu ses parents, sa famille, ses amis aux prises avec les horreurs d’une dictature sans merci, jusqu’à la femme qui se tient devant vous aujourd’hui, c’est tout un apprentissage de la liberté qui a vu le jour. Je sais à quel point cette liberté est précieuse et quel héritage fabuleux elle représente pour chaque enfant et chaque citoyen de ce pays. »

« Moi dont les ancêtres étaient des esclaves, moi qui suis issue d’une civilisation longtemps réduite aux chuchotements et aux cris de la douleur, j’en connais le prix et je reconnais en elle notre plus grand trésor collectif. Je demeure convaincue que chaque Canadienne, chaque Canadien, est riche de cette liberté et défierait quiconque voudrait la lui enlever. »

« De Signal Hill à l’île de Vancouver, de la terre de Baffin à Thetford Mines, cette terre de liberté est nôtre et nous unit toutes et tous. Cette liberté a marqué notre histoire et notre territoire de son souffle florissant comme nos étés et fort comme nos hivers. Elle a façonné cet esprit d’aventure que j’aime par-dessus tout dans ce pays et qui permet à chacune et à chacun d’entre nous de participer pleinement à son édification. (...) Le Canada doit s’ouvrir (...) au monde entier qui vient retrouver chez nous l’idéal d’une société où toutes les citoyennes et tous les citoyens sont égaux en droits. »

« Notre histoire nous parle de la liberté d’inventer un monde nouveau, et de l’audace de ces aventures singulières. Permettez-moi d’ajouter que ma nomination au poste de Gouverneur générale du Canada en est la preuve. La preuve que tous les possibles sont permis en ce pays. Ma propre aventure représente pour moi et pour d’autres une étincelle d’espoir que j’aimerais entretenir pour le plus grand nombre. »

Le gouverneur général, à qui certains ont reproché d’avoir entretenu des sympathies souverainistes ces dernières années, a lancé un appel à l’unité en déclarant qu’il fallait « briser le spectre de toutes les solitudes et instaurer un pacte de solidarité entre tous les citoyens qui composent le Canada d’aujourd’hui », ajoutant qu’il y allait de la prospérité et du rayonnement du Canada.

« L’étroitesse du chacun pour soi n’a plus sa place dans le monde actuel qui exige que nous apprenions à voir au-delà de nos blessures et de nos différends pour le bien de l’ensemble. Bien au contraire, nous devons briser le spectre de toutes les solitudes et instaurer un pacte de solidarité entre tous les citoyens qui composent le Canada d’aujourd’hui », a-t-elle clamé.

Dans son discours, Madame Michaà« lle Jean a aussi mis l’accent sur la pauvreté dans le monde, les enfants, les jeunes et les problèmes d’environnement en précisant : « Il est une phrase de Montesquieu, ce philosophe du siècle des lumières, qui résonne beaucoup en moi et que j’aimerais partager avec vous. Elle dit que “le devoir du citoyen est un crime lorsqu’il fait oublier le devoir de l’homme†. J’ajouterais, évidemment, de la femme, puisque nous aimons être nommées à part entière. Et bien cette phrase m’inspire et me réconforte à la manière d’un rempart contre la barbarie qui afflige tant de peuples en ce monde. Elle me rappelle aussi la chance que nous avons toutes et tous d’être citoyennes et citoyens d’un pays qui ne craint pas de faire reculer les préjugés et dont la générosité sont notre plus bel étendard dans le concert des nations.

« à€ titre de Gouverneur générale, j’entends mettre en valeur cet élan de générosité dont les Canadiennes et les Canadiens ont souvent su faire preuve au fil de l’histoire. »
Signalons que, ironiquement, Radio Canada où Michaà« lle Jean a travaillé pendant 18 ans n’a pas couvert la cérémonie d’assermentation de ce 27 septembre. En effet, le 15 août dernier, cette société d’Etat a mis en lock-out environ 5500 employés dont des journalistes, des techniciens et d’autres membres du personnel qui étaient donc en grève et certains à l’extérieur du Parlement aujourd’hui.
Michaà« lle Jean est la troisième femme, la deuxième immigrante et la première personne de race noire à devenir gouverneur général du Canada. Nous avons appris qu’elle aurait émis le vœu de se rendre dans sa terre natale avant la fin de l’année. Hier soir, Mme Jean a assisté à un banquet de quelques 800 invités et aujourd’hui, la plupart des journaux québécois ont salué le début de son règne en première page.

Selon Vincent Marissal du quotidien La Presse, Michaà« lle Jean a fait une « entrée convaincante. Si Michaà« lle Jean est sortie soulagée de cette entrée en matière, le grand gagnant de l’opération est sans aucun doute Paul martin qui a réussi, avec cette nomination, un bon coup politique ».

De son côté, Le Devoir, a qualifié la cérémonie d’assermentation de ‘’magnifique’’ en ajoutant que, « fidèle à son passé de journaliste, Mme Jean a livré un long discours sans langue de bois dans lequel elle a fait de l’intégration des communautés culturelles la pierre angulaire de son mandat ».

Enfin, dans son éditorial à travers la plume de Josée Boileau, le Devoir précise : « Paul Martin ne pouvait rêver mieux. Les rois du monde sont aujourd’hui médiatiques et Mme Jean est une grande dame de la télévision. On peut croire qu’elle sera aussi, tant sa personnalité s’y prête, une gouverneure générale parfaite ».