Español English French Kwéyol

Haïti : Un protocole d’entente pour la bonne marche des municipalités

P-au-P, 02 sept. 05 [AlterPresse] --- Les maires de 11 communes du département du Sud-est ont paraphé le 28 août 2005 un protocole d’entente définissant un minimum de règles administratives, financières et d’éthique que les commissions communales doivent respecter pour être en mesure de gérer les projets qu’elles présenteront dans le cadre d’un programme de déconcentration lancé par le gouvernement intérimaire.

Dans un document transmis à AlterPresse, André Lafontant Joseph, responsable de l’axe renforcement institutionnel et modernisation des collectivités au sein du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT), a fait mention d’un atelier de travail qui a été réalisé en la circonstance en vue de permettre aux maires participants de se familiariser avec certains outils administratifs indispensables à une bonne gestion.

Ce protocole d’entente, réparti en 15 articles, qui sera présenté et discuté avec les mairies d’autres départements, traduit la volonté de ces fonctionnaires communaux « d’aider le gouvernement de transition à valoriser la fonction de maire, notamment en montrant à la population le rôle important que les maires et mairesses peuvent jouer dans la vie et le développement des communes ».

Les maires signataires de cette convention se donnent pour tâche de résoudre les conflits qui risquent de perturber la bonne marche des municipalités et de bien gérer les fonds publics qui leur seront confiés.

« Les divergences de vues ou d’opinions ne peuvent en aucun cas constituer des obstacles pour la bonne marche des activités de l’administration communale », ont-ils admis, précisant ainsi qu’ « à l’intérieur de ces divergences, il faut faire montre d’esprit de sacrifice et de consensus ».

L’article premier du document stipule que les maires et mairesses ont le devoir de s’entraider et de se suppléer mutuellement toutes les fois que les circonstances l’exigent et accorde le statut de médiateur ou d’arbitre au Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales.

En Haïti, les autorités de tutelle interfèrent toujours dans les affaires internes des municipalités. Le 25 août, le titulaire du MICT, Paul Gustave Magloire, a décidé de mettre en disponibilité les deux maires assesseurs de Port-au-Prince, Yanick Mézile et Philnéus Dorcéant, en raison, a-t-il dit, de leur comportement inacceptable.

Durant les régimes antérieurs, les administrations centrales n’ont éprouvé aucune gêne à dissoudre des cartels municipaux lorsqu’il s’est agi de résoudre un différend entre les édiles. [do gp apr 02/09/05 05 :00]