Un million de dollars pour financer la production du café, du bambou et des fruits en Haïti

P-au-P, 29 août 05 [AlterPresse] --- L’ambassadeur de la République de Chine (Taïwan) en Haïti, Yang Cheng-Ta, a renouvelé le 25 août, devant une dizaine d’experts taïwanais, l’engagement de son pays d’ « assister la population haïtienne en difficulté dans ses efforts visant à sortir du marasme économique et social », a constaté AlterPresse.

Le diplomate Cheng-Ta participait à la signature du contrat d’exécution d’un projet d’appui à la production et à la commercialisation du café, du bambou et des fruits évalué à 1 million (1.000.000) de dollars américains.

« C’est une grande joie de vous annoncer la décision d’aider à la mise en place, à hauteur de 1 million de dollars, de la deuxième phase du projet d’appui à la production et à la commercialisation du café, du bambou et des fruits, exécuté par la Fédération des Associations Caféières Natives (FACN), et d’aider celle-ci à étendre ses activités dans les régions de Marmelade, de Jacmel et de Kenscoff », a déclaré Yang Cheng-Ta.

La signature de ce contrat est le prolongement d’un accord quinquennal de coopération d’un montant de 5 millions de dollars américains débuté en 1999 sous la présidence de René Préval. Par cette décision, Taïwan entend « contribuer davantage à l’amélioration des conditions de vie paysanne, à la création d’emplois, à un soutien à la culture et à la filière du café, du bambou et des fruits, mais aussi par le développement d’autres moyens, notamment dans le domaine de la construction, de l’artisanat et de la protection de l’environnement ».

Le ministre haïtien de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR), Philippe Mathieu a remercié le gouvernement de la République de Chine pour cette assistance au peuple haïtien.

« Depuis votre arrivée dans ce pays, je suis témoin que la coopération avec la République de Chine a connu une nouvelle dynamique », a souligné Philippe Mathieu. « Nous avons des résultats tangibles aujourd’hui, et ceci dans les différents domaines de cette coopération », a-t-il poursuivi.

A titre d’exemple, le ministre de l’Agriculture a, entre autres, cité l’encadrement de plus de mille planteurs dans le cadre de la mission chinoise, l’établissement des parcelles de démonstration dans toutes les communes de la Vallée de l’Artibonite, l’installation prochaine de plus de 400 hectares de semences de riz dans la Vallée de l’Artibonite « pour permettre que les saisons fructueuses se fassent avec beaucoup plus de qualité ».

Pour l’agronome Mathieu, Haïti ne peut sortir de la situation où elle se trouve sans l’agriculture devenue aujourd’hui un secteur incontournable. Mathieu croit qu’avec l’appui des partenaires internationaux et les efforts des autorités haïtiennes ce secteur renaîtra un jour de ses cendres.

Dans les 5 prochaines années, le titulaire du MARNDR croit qu’il est bon de « renégocier l’accord de coopération entre Haïti et Taïwan » et de mettre en oeuvre « des projets clairement définis et mûrement réfléchis ».

Selon Philippe Mathieu, la coopération avec Taïwan porte principalement sur quatre axes dont la poursuite des actions sur le riz, le développement de la filière bambou dans d’autres régions, y compris le département de la Grand’Anse considéré, selon lui, comme la principale zone de production de bambou du pays.

Des initiatives sont déjà prises en vue du développement de la production de poulet en Haïti. Le responsable du MARNDR estime que « nous sommes trop dépendant de l’extérieur » quant à la consommation des œufs et des poulets de chair.

« Nous espérons, dans les mois à venir, grâce à l’apport des experts chinois qui sont avec nous tous les jours, nous pourrons produire sur place les poulets d’un jour que nous importons des Etats-Unis principalement, et de la République Dominicaine voisine », a-t-il souhaité.

Mathieu, qui nourrit l’espoir d’inaugurer une « Unité de production d’œufs » dans le pays, a révélé que les œufs traversent chaque jour la frontière par millions vers Haiti. Tandis que, a-t-il dit, « nous avons des paysans capables et des producteurs capables de produire des œufs » sollicitant ainsi l’aide de Taïwan pour atteindre cet objectif.

« La coopération avec Taïwan (...) doit se faire (également) autour des hommes pour augmenter les capacités des organisations haïtiennes, des valeurs haïtiennes pour permettre à ces valeurs de générer d’autres choses », a préconisé le ministre haitien de l’agriculture.

Après la signature de cette convention tenue en présence du président de la FACN, André Telfils, et d’un représentant de l’Association des Planteurs de Kenscoff, il s’en est suivi l’inauguration d’une pépinière de bambou sur le site de Damien. Des meubles en bambou fabriqués par des Chinois de concert avec des Haïtiens ont été également exposés dans une grande salle. [do gp apr 29/08/05 10:20]