Perspectives

Haïti / Elections : Un calendrier actualisé attendu pour la fin de cette semaine


lundi 22 août 2005

P-au-P., 22 août 05 [AlterPresse] --- L’institution électorale devrait être en mesure de publier, d’ici la fin de la semaine, un calendrier actualisé pour les compétitions jusque-là prévues pour les derniers mois de l’année 2005. A la même période devra être connue l’option retenue pour des élections séquentielles ou générales.

C’est ce qui ressort de la réunion, tenue à huis clos le 22 août 2005, entre le Conseil Electoral Provisoire (CEP) et plusieurs représentants de partis politiques au siège social de l’organisme électoral.

Les 9 membres du CEP se réuniront incessamment pour donner suite aux recommandations des partis politiques, qui seraient plutôt en faveur de l’organisation d’élections générales à la fin de l’année « pour des raisons économiques », a appris AlterPresse.

Aucun accord concret, mais un ensemble de propositions et de suggestions a émané de la rencontre du 22 août. Cependant, “le CEP a pu retenir des sensibilités pour des élections en deux temps, de la part de quelques partis†, a avoué Rosemond Pradel, porte parole du conseil.

Parlant au nom des partis politiques, l’ancien maire de Port-au-Prince en 1991 et candidat à la présidence pour le regroupement “Alliance†, Evans Paul, a fait savoir que “les partis politiques n’ont pas la capacité économique pour mener deux campagnes électorales nationales dans un intervalle de quinze jours†, comme il est écrit dans le projet de calendrier électoral.

Au cours de la rencontre du 22 août, les partis politiques ont déclaré souhaiter le respect du deuxième lundi du mois de janvier 2006, pour la rentrée en fonction du nouveau Parlement, et du 7 février 2006, pour la prestation de serment du nouveau président élu en Haïti, a ajouté Paul.

Ce dernier, qui fait partie d’une liste à date d’une vingtaine de candidats aux présidentielles de 2005, a souligné que tous les partis politiques présents à la rencontre ont rejeté la proposition du CEP de procéder à la fermeture des dépôts de candidatures le 4 septembre prochain. Tout en précisant qu’aucune décision n’a été arrêtée en ce sens et qualifiant “d’impossible†l’idée du conseil d’organiser deux journées électorales nationales en un intervalle de 15 jours, Paul a affirmé son penchant pour un calendrier “réaliste†.

Dans une circulaire soumise aux partis politiques et aux médias, dont copie est parvenue à AlterPresse, le CEP a fixé pour le 13 novembre de l’année en cours les élections municipales et locales, dont les résultats devraient être annoncés le 15 novembre, et le 27 du même mois, les présidentielles et législatives dont les résultats définitifs pourraient être connus le 11 janvier 2006, suivant le projet de calendrier électoral qui n’a pourtant pas précisé de date pour la publication des résultats du premier tour.

Le projet de calendrier électoral prévoit la période du 26 août au 4 septembre pour les dépôts de candidatures aux différents postes électifs, la date du 29 septembre pour la publication de la liste définitive des candidats agréés et celle du 7 octobre 2005 pour la mise en place des listes partielles.

L’ancien sénateur contesté du parti Fanmi Lavalas, Louis Gérald Gilles, qui prenait part aux discussions, a émis les mêmes réserves que son homologue Paul, en ce qui a trait au déroulement, en deux temps, des compétitions à l’échelle nationale.

Gilles prône la réalisation, à la date du 27 novembre 2005, de ces joutes à tous les niveaux et sur tout le territoire, et au 8 janvier 2006 le deuxième tour des présidentielles et législatives.

Cependant, Gilles conditionne la participation de Fanmi lavalas aux élections à la libération de ce qu’il appelle des “prisonniers politiques†de son parti dans les centres de détention à Port-au-Prince. Il a ainsi fait référence à Yvon Neptune, écroué pour son implication présumée au massacre de la Scierie (Nord de Port-au-Prince), le 11 février 2004, Annette Auguste dit Sò Ann, Yvon Antoine dit Yvon Zap Zap incarcéré pour suspicion dans des cas de vandalisme dans la capitale et pour implication présumée dans les violences perpétrées dans deux facultés d’Etat le 5 décembre 2003.

Nommant d’autres partisans zélés du régime lavalas, ayant des comptes à rendre à la justice pour des cas qui leur sont reprochés, Gilles a indiqué que le potentiel candidat à la présidence du parti de Jean Bertrand Aristide, le père Gérard Jean Juste, croupit “injustement†en prison.

Des informations obtenues de la direction des opérations électorales font état de 57 invitations adressées aux partis politiques pour la rencontre du 22 août.

Outre les représentants de partis politiques, la presse a pu constater la présence de membres de l’Organisation des Etats Américains (OEA) qui ont assisté aux échanges entre le CEP et les partis politiques.

Pour couper court aux rumeurs persistantes sur des modifications envisagées par le CEP dans le calendrier électoral, des Conseillers électoraux avaient indiqué la semaine dernière "qu’aucune date n’a été officiellement arrêtée pour l’organisation des élections générales en Haïti".

Le Porte parole du CEP, Rosemond Pradel, avait qualifié de « spéculations », les informations circulant autour de ces changements. « L’instance électorale n’a pas encore rencontré les partis politiques sur la question », avait pour sa part déclaré à AlterPresse le conseiller électoral Patrick Féquière. [lf rc apr 22/08/05 17 : 00]