Español English French Kwéyol

Haïti-Crise : La sobriété, mot d’ordre de Garry Conille

P-au-P, 20 juin 2024 [AlterPresse] --- Le nouveau premier ministre de la transition, Garry Conille, exige de la sobriété aux membres de son gouvernement dans la conduite des affaires publiques, selon une lettre circulaire en date du 17 juin 2024adressée aux ministres et dont copie est parvenue à AlterPresse.

Toutes les mesures doivent être envisagées, afin que la sobriété s’institue en règle dans la gestion des affaires publiques, exige le premier ministre, se référant à l’arrêté du 29 mars 2017 relatif au train de vie de l’État.

« Dans le cadre de la gestion rationnelle des ressources publiques, la circulaire 006 du 2 juin 2017 relative aux voyages des membres du gouvernement et autres grands commis de l’État demeure en vigueur dans tous ses aspects », lit-on dans le document.

Le chef du gouvernement ordonne, par conséquent, que « tout voyage à l’extérieur du pays doit être soumis à l’approbation préalable du premier ministre. Cette demande doit être accompagnée des documents et autres éléments justifiant la pertinence de ce voyage ».

Il exige aux ministres de « n’envisager aucune mesure administrative, concernant l’ajout de personnel ou de mouvement interne ayant une incidence budgétaire ou stratégique, à moins qu’il subsiste un besoin urgent ».

« Dans ce cas précis, cette mesure doit être motivée et soumise à l’approbation du premier ministre, avant toute initiative engageant l’État », précise-t-il.

« Conformément à l’article 160 de la Constitution, le premier ministre est le seul habilité à nommer et à révoquer les fonctionnaires publics, selon les conditions prévues par la Constitution et par la loi sur le statut général de la fonction publique », rappelle Garry Conille.


Suivez la chaîne AlterPresse/AlterRadio sur WhatsApp - CLIQUEZ ICI


Retraite gouvernementale

Le motif principal de la lettre circulaire est l’annonce de l’organisation prochaine d’une retraite gouvernementale.

L’objectif de cette retraite serait de faciliter l’introduction des ministres dans leurs nouvelles fonctions, liées notamment aux activités de gestion administrative et budgétaire, à la redevabilité et à la cohésion gouvernementale, souligne la lettre circulaire du 17 juin 2024.

Ce forum servirait également à finaliser les feuilles de route, essentielles au cadrage de l’action des ministères durant la période de transition.

L’annonce publique de la tenue de cette retraite survient après l’installation des ministres du nouveau gouvernement de la transition, dirigé par Dr. Garry Conille, investi le mercredi 12 juin 2024 dans un contexte de crise multidimensionnelle.

Des dispositions réglementaires envisagées dans le cadre de cette retraite

Le chef du gouvernement en profite pour énumérer un ensemble de dispositions à prendre en compte, dans le cadre de cette retraite envisagée.

Les ministres doivent s’appuyer sur leurs services respectifs, afin que leur participation active contribue à la réussite de cette activité, indispensable à la mise en marche de l’action gouvernementale, recommande-t-il.

Garry Conille demande aussi aux ministres « de réaliser un état des lieux physique, fut-ce de manière sommaire, qui renseignera sur les différents équipements, matériels et bâtiments dont disposent les ministères, afin d’établir, dans le cadre du budget rectificatif, les besoins sur une base rationnelle ».

Il appelle aussi à établir un état des lieux technique, « dans le but de retracer les chantiers et activités, réalisés durant les trois (3) dernières années incluant l’année en cours ».

« Cette démarche prendra également en compte les objectifs, qui ont été définis pour les deux (2) prochaines années. munis de leurs modalités de mise en œuvre, en y incluant les ajustements, susceptibles d’être introduits par les nouvelles équipes ministérielles respectives ».

Le chef du gouvernement estime essentiel que l’ensemble des ministres s’astreignent à certaines obligations, afin de rendre cohérentes les initiatives gouvernementales.

« Les communications publiques sont subordonnées à la mise en place d’un cadre et de modalités précises, qui seront définis durant l’activité de la retraite gouvernementale. Dans l’intervalle, toute prise de parole, engageant la responsabilité de l’État ou faisant état de prises de position sur des sujets déterminés, est proscrite ». [emb gp apr 20/06/2024 13:00]