Español English French Kwéyol

Haïti-Crise : La force multinationale de sécurité sera sous le contrôle global des autorités policières haïtiennes, selon le Cpt

P-au-P, 21 mai 2024 [AlterPresse] --- « Haïti, à travers la Police nationale d’Haïti, aura le contrôle globale en ce qui concerne les opérations, sur le terrain, de la Mission multinationale d’appui à la sécurité (Mmas).

Cette précision est apportée par le Conseil présidentiel de transition (Cpt), dans une note publiée le mardi 21 mai 2024, à l’issue d’une séance de travail avec le Haut état-major de la Police nationale d’Haïti (Pnh) et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Qu’il s’agisse de la composition, des objectifs, des règles d’engagement et du contrôle sanitaire des troupes, tout sera coordonné et supervisé par les autorités policières haïtiennes, souligne le Cpt.

La Mission multinationale d’appui à la sécurité, créée par la Résolution 2699 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu), devrait être déployée en Haïti avant la fin du mois de mai 2024.

Lors de la réunion du mardi 21 mai 2024, le Cpt a échangé avec le directeur général ad intérim de la Pnh, Frantz Elbé, et les membres de la hiérarchie de l’institution policière autour de l’opérationnalisation de la Mmas.

Le déploiement d’une Mission multinationale d’appui à la sécurité (Mmas) en Haïti a été autorisé par le Conseil de sécurité des Nations unies depuis le lundi 2 octobre 2023.

Il fait suite à une demande d’assistance robuste, formulée, le vendredi 7 octobre 2022, par le gouvernement de facto d’Ariel Henry en faveur de la Police nationale d’Haïti (Pnh), dans la lutte contre les gangs armés.

Une délégation de responsables kenyans est arrivée le lundi 20 mai 2024 en Haïti, dans le cadre d’une évaluation des préparatifs de la Mission multinationale d’appui à la sécurité (Mmas) dans le pays, a indiqué le journal américain Miami Herald.

Cette première équipe d’évaluation est chargée d’inspecter la construction de la base devant accueillir la Mmas, non loin de l’aéroport international de Port-au-Prince, où les vols internationaux et nationaux de compagnies aériennes ont été annulés, suite aux assauts des bandits armés depuis le jeudi 29 février 2024.

La délégation devrait rester en Haïti tout au long de la semaine et participer à plusieurs réunions, y compris avec la Police nationale d’Haïti et le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh), rapporte le journal américain Miami Herald.

Le prochain commandant de la Mmas fait partie de cette délégation.

Le premier contingent kenyan devrait être composé de quelques centaines de policiers et de personnel de soutien, selon des sources citées par Miami Herald.

Les Bahamas, le Bangladesh, la Barbade, Jamaïque, Belize, Bénin, Tchad et Kenya ont officiellement notifié au secrétaire général des Nations unies, le Portugais Antonio Guterres, leur intention de fournir du personnel à la Mmas pour combattre les gangs armés en Haïti.

De janvier à mars 2024, plus de 2,500 personnes, dont au moins 82 enfants, ont été tuées ou blessées à la suite des violences commises par les gangs, selon les Nations unies. [emb rc apr 21/05/2024 15:55]