Español English French Kwéyol

Crise : Proposition au Congrès américain d’un plan de 50 milliards de dollars sur 10 ans pour reconstruire Haïti

P-au-P, 20 mai 2024 [AlterPresse] --- Plusieurs représentantes américaines proposent, au Congrès des États-Unis d’Amérique, une résolution en ce qui concerne un plan d’investissement d’un montant de 50 milliards de dollars américains (Ndlr : US 4 1.00 = + 140.00 gourdes ; 1 euro = 145.00 gourdes ; 1 dollar canadien = 98.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.40 gourdes aujourd’hui) pour reconstruire Haïti sur une période de 10 ans, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette résolution « dite révolutionnaire » a été présentée au Congrès, le vendredi 17 mai 2024, par la représentante américaine Jan Schakowsky et les coprésidentes du Caucus d’Haïti, les représentantes américaines Sheila Cherfilus-McCormick et Yvette Clarke, la veille du 221e anniversaire, le samedi 18 mai 2024, de la création (le 18 mai 1803) du bicolore bleu et rouge d’Haïti.

Elle viserait à stabiliser Haïti, renforcer les institutions démocratiques et judiciaires, investir dans les infrastructures critiques, stimuler la croissance économique et améliorer les opportunités aux femmes et aux jeunes pour assurer le bien-être du peuple haïtien, d’après un communiqué des représentantes et représentants américains, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« Avec cette résolution, nous pouvons donner à Haïti les moyens d’élaborer et de mettre en œuvre un plan pacifique et prospère pour son avenir », estime la députée Jan Schakowsky.

« Nous travaillons en très étroite collaboration avec de nombreux dirigeants haïtiano-américains, y compris certains du 9e district du Congrès de l’Illinois, pour adopter cette résolution ».

Jan Schakowsky dresse un sombre tableau d’Haïti, « traversée par les troubles politiques qui ravagent Port-au-Prince, la pénurie alimentaire, les tremblements de terre dévastateurs et la montée de la violence ».

Les Haïtiennes et Haïtiens sont confrontés à une crise sans précédent, rappelle-t-elle.

« Cette résolution soutiendra non seulement le plan de reconstruction bien mérité d’Haïti, mais encouragera également un effort dirigé par les Haïtiennes et Haïtiens pour rétablir le pays », fait valoir la députée haïtiano-américaine Sheila Cherfilus-McCormick, qui déclare s’engager à renforcer les relations entre les États-Unis et Haïti.

La députée Yvette D. Clarke considère comme vital le besoin du soutien des États-Unis.

« Ce plan d’investissement essentiel fournira à notre bien-aimé allié des Caraïbes les ressources et les secours, qui sont non seulement nécessaires pour assurer l’avenir et la sécurité des communautés haïtiennes, mais aussi la viabilité d’une transition démocratique dirigée par les Haïtiennes et Haïtiens ».

La présidente Mary Estimé-Irvin du Réseau national des élus américains haïtiens (Nhaeon) se dit enthousiasmée par cette collaboration entre les représentantes Schakowsky, Cherfilus-McCormick et Clarke.

Ce plan d’investissement permettrait de soutenir la restauration d’une gouvernance démocratique par le biais d’élections libres et équitables, renforcer l’état de droit et les capacités des forces de sécurité haïtiennes, y compris un programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration des jeunes anciennement enrôlés dans des gangs armés.

Investir dans la reconstruction et la modernisation de l’infrastructure physique d’Haïti, y compris les soins de santé, les routes, les ponts, les ports, le réseau électrique et les systèmes d’eau et d’assainissement, promouvoir un développement économique durable à travers la modernisation de l’agriculture et la sécurité alimentaire, sont parmi les objectifs visés dans cette résolution.

Le plan d’investissement d’un montant de 50 milliards de dollars américains devrait aussi soutenir les petites entreprises et les entrepreneur-e-s, en particulier les petites et moyennes entrepreneures, les petits et moyens entrepreneurs, les femmes et les jeunes, améliorer l’accès aux soins de santé, à une éducation et à des services sociaux de qualité, pour répondre aux besoins humanitaires aigus d’Haïti, entre autres. [emb rc apr 20/05/2024 11:10]