Español English French Kwéyol

Criminalité : La Police nationale d’Haïti déclare avoir repris le commissariat de Gressier, après une attaque de gangs armés

Gressier (Haïti), 13 mai 2024 [AlterPresse] --- La Police nationale d’Haïti (Pnh) déclare avoir repris le contrôle du commissariat de police dans la commune de Gressier (à une trentaine de km au sud de Port-au-Prince), après sa prise d’assaut par des gangs armés, lors d’une attaque armée perpétrée dans la soirée du vendredi 10 mai 2024, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

La Pnh est à pied d’œuvre à Gressier, où les dispositifs de sécurité ont été renforcés, afin de rétablir l’ordre et la paix, suite à l’attaque perpétrée dans la nuit du vendredi 10 mai 2024 contre ce commissariat de police par des individus armés, tente de rassurer l’institution policière, dans une note.

Une équipe de l’Unité départementale de maintien d’ordre du Sud-Est (Udmo-Sud-Est), « des agents de Swat et d’autres unités spécialisées sont déjà sur place, en vue de prendre le contrôle de la situation et de faire échec aux plans des malfrats ».

Tout en invitant les habitantes et habitants de Gressier à garder leur calme, la Police nationale promet de s’engager à traquer et à appréhender tous ces fauteurs de troubles, qui prennent pour cible des infrastructures policières.

Une réunion a eu lieu, le samedi 11 mai 2024, autour des des dispositions à prendre pour rétablir la sécurité à Gressier.

Un chauffeur de transport public, communément appelé « Guillon », qui se trouvait non loin du commissariat de police à Gressier, a été blessé de deux balles vers 22:00 locales (2:00 gmt ce samedi 11 mai 2024), lors de l’attaque armée perpétrée dans la soirée du vendredi 10 mai 2024, a rapporté l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (Apch).

Le chauffeur blessé a été emmené d’’urgence à l’hôpital, pour recevoir les soins que nécessite son état.

Un véhicule, en stationnement sur la cour du commissariat de police, a été incendié par les malfrats, d’après les images circulant sur les réseaux sociaux.

De nombreuses familles ont été ainsi contraintes de quitter la commune de Gressier pour aller se réfugier ailleurs.

Cette attaque de gangs armés contre le commissariat de police à Gressier porte à plus de 25 le nombre de postes de police, détruits depuis debut 2024 par les gangs armés en Haïti, a dénoncé le Syndicat de la Police nationale d’Haïti (Spnh17).

Fustigeant la passivité du haut commandement de la police, le Spnh17 exige des changements en profondeur au sein de l’institution, incluant le directeur général ad intérim Frantz Elbé.

Ces changements devraient permettre d’organiser des opérations dans les fiefs des gangs armés, pour récupérer les matériels volés de l’institution policière.

De janvier à décembre 2023, au moins treize (13) postes de police et/ou
patrouilles fixes et mobiles ont été attaqués par des bandits armés
, a relevé un rapport du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) en date du 10 avril 2024.

Depuis le jeudi 29 février 2024, les gangs armés intensifient leurs attaques dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, en tuant des personnes, pillant et incendiant plusieurs édifices publics et privés.

Entre les jeudi 25 avril et le dimanche 5 mai 2024, plus de 5,000 personnes se sont déplacées, suite à plusieurs attaques de gangs armés dans la commune de Delmas, notamment dans le quartier de Delmas 24 et à Solino, selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim).

Ces personnes déplacées internes se sont dirigées vers les communes de Port-au-Prince, Delmas, Croix-Des-Bouquets et Tabarre (au nord-est), ajoute-t-elle.

Parmi elles, 51% ont trouvé refuge auprès de familles d’accueil, tandis que 49% se sont installées dans dix sites, comprenant six nouveaux sites et quatre sites déjà existants, précise l’Oim.

Ces derniers mois, la terreur et d’autres actes violences des gangs armés ont forcée plus de 95,000 personnes à quitter leurs domiciles dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, pour aller se réfugier dans d’autres zones du pays. [emb rc apr 13/05/2024 11:50]

Photo : Capture d’écran