Español English French Kwéyol

Haïti-Crise : Inquiétudes persistantes après des assauts de gangs sur plusieurs institutions publiques et privées

P-au-P, 05 mars 2024 [AlterPresse] --- La population haïtienne continue d’exprimer ses inquiétudes, avec les troubles créés, depuis le jeudi 29 février 2024, par les gangs armés en divers endroits de la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Beaucoup de citoyennes et citoyens hésitent à s’aventurer dans les rues de Port-au-Prince, pour éviter d’être victimes d’attaques brusques de bandits armés contre des édifices publics et privés.

La population est toujours sur le qui-vive, après des actes de vandalisme contre le sous-commissariat de police, situé au carrefour des routes de Delmas et de l’aéroport international de Port-au-Prince, où la situation demeure très volatile.

Le commerce informel fonctionne au ralenti en divers endroits de Port-au-Prince, où quelques rares véhicules de transports en commun circulent.

Ce mardi 5 mars 2024, une tendance à la reprise des activités commerciales et scolaires est observée dans la commune de Carrefour (sud), après une situation de tension ayant régné, le lundi 4 mars 2024, dans la zone.

Quelques banques commerciales et écoles ont ouvert leurs portes dans la commune de Carrefour, où des élèves ont été remarqués dans les rues.

Les marchés publics et les transports en commun fonctionnent.

Le lundi 4 mars 2024, les activités commerciales et scolaires ont été aussi paralysées dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, après les récents assauts des gangs armés contre plusieurs infrastructures de l’État

Plusieurs blessés par balles ont été signalés, après une attaque de bandits armés, perpétrée sur un convoi de la Police nationale d’Haïti (Pnh) à Bizoton, non loin de la Marine haïtienne.

Un groupe d’individus armés occupent, depuis le jeudi 29 février 2024, Bizoton et Diquini, et bloquent cet axe pour empêcher la Pnh de venir les attaquer avec des blindés.

Cette situation paralyse le circuit de Carrefour, qui mène au centre-ville de Port-au-Prince.

En début de soirée du lundi 4 mars 2024, le sous-commissariat de police au carrefour des routes de Delmas et de l’aéroport international de Port-au-Prince, a été vandalisé par des bandits armés, non loin de Delmas 28.

Les agents affectés à ce sous-commissariat de police ont battu en retraite.

6 policiers sur 10, qui étaient gardés à vue au commissariat de police à Delmas 33, ont pris la fuite, le lundi 4 mars 2024, a fait savoir l’avocat au Barreau de Port au Prince et coordonnateur général du Collectif des avocats pour la défense des droits humains (Caddho), Arnel Rémy, dans un tweet consulté par AlterPresse.

Plus de 5 mille détenus se seraient évadés du Pénitencier national à Port-au-Prince et de la prison civile de Croix-des-Bouquets (au nord-est de Port-au-Prince), dont les portes auraient été ouvertes avec les assauts de gangs armés le weekend écoulé, selon les informations disponibles.

Environ une centaine de détenus ne se seraient pas échappés du Pénitencier national, après l’assaut donné, dans la soirée du samedi 2 mars 2024, par des bandits lourdement armés, suivant la même source.

Dans la soirée du dimanche 3 mars 2024, en plein couvre-feu, des scènes de pillages ont été également enregistrées dans plusieurs institutions, dont l’hôpital Saint-François de Sales (centre-ville), qui appartient à l’église catholique romaine en Haïti.

Des rafales d’armes automatiques ont été entendues dans la zone de l’aéroport international Toussaint Louverture (nord de la capitale), où sont situés également l’aérogare Guy Malary et la Direction générale de la police ainsi que la Direction centrale de la police judiciaire, ont témoigné des riverains.

Des vols internationaux et nationaux ont été annulés, après les attaques contre l’aéroport international de Port-au-Prince

Le jeudi 29 février 2024, plusieurs vitres de l’aérogare Guy Malary à Port-au-Prince ont été brisées par des balles de bandits armés, au début de leur mouvement de violence coordonné visant, entre autres, plusieurs institutions publiques. [emb rc apr 05/03/2024 11:20]