Español English French Kwéyol

Criminalité : Plusieurs organisations sociales souhaitent des actions urgentes pour éviter l’anarchie en Haïti

P-au-P., 31 janv. 2024 [AlterPresse] --- Le Collectif du 4 Décembre 2013, le Sant Karl Lévêque (Skl) et l’Ordre des défenseurs des droits humains exhortent le gouvernement de facto en place à entreprendre des actions immédiates et adéquates, « afin d’éviter que le pays sombre dans la dérive complète et l’anarchie totale », dans une note conjointe datée du lundi 29 janvier 2024 dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

A travers cet appel à l’action, ces organisations sociales dénoncent « la prolifération des gangs armés terroristes, qui détruisent vies et biens et s’établissent impunément sur le territoire ».

Elles s’indignent contre l’horreur des actes de kidnapping, qui continuent et laissent « des séquelles abominables », comme la misère ainsi qu’une dégradation alarmante de la situation générale.

Elles critiquent l’inefficacité des mesures jusque-là adoptées par les hauts responsables de l’État.

Plusieurs dizaines de familles sont de nouveau contraintes d’abandonner leurs maisons à Pernier (est) et Cité Soleil (nord), à cause des affrontements meurtriers, qui ont éclaté, ces derniers jours, entre des gangs armés rivaux.

Les Fad’h sont « les seules institutions constitutionnelles à pouvoir, de façon pérenne, permettre à notre pays de regagner son intégrité territoriale, sauvegarder sa souveraineté et garantir la sécurité qui sont des atouts essentiels au processus menant au développement d’Haïti ».

Aucune autre entité armée locale ou internationale ne saurait remplacer ces institutions constitutionnelles haïtiennes, soulignent-elles.

Elles demandent au Haut commandement des Fad’h, aux militaires en général ainsi qu’aux policiers nationaux de réagir « pour rétablir, à tout prix, l’ordre et la discipline, surtout lorsque l’existence de la nation est sévèrement menacée ».

« Toute Haïtienne, tout Haïtien, dignes de l’être, devraient) apporter leur concours pour protéger nos institutions constitutionnelles et légales de défense et de protection, chargées l’une de la sécurité nationale et l’autre de la sécurité publique ». estiment-elles.

Ces organisations sociales exhortent les Ministères de la défense et de la sécurité publique ainsi que le premier ministre de facto Ariel Henry à mettre les Forces armées autorisées et régulières d’Haïti en état de fonctionnement idéal, pour lutter contre la criminalité dans le pays, dans la note portant la signature de Jean-Robert Argant, coordonnateur général du Collectif du 4 Décembre 2013, Gardy Maisonneuve de Sant Karl Lévêque et Gilbert Darbenzky, de l’Ordre des défenseurs des droits humains.

Au cours de l’année 2023, plus de 8,400 personnes ont été tuées, blessées et/ou kidnappées en Haïti, a signalé le Bureau intégré des Nations unies (Binuh).

Plus de 5,000 personnes ont été tuées, dans les violences des gangs armés qui ravagent Haïti, a fait savoir le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu), le Portugais Antonio Guterres, dans un rapport publié le mardi 23 janvier 2024.

A cause des violences des gangs armés, plus de 310,000 personnes ont été déplacées à l’intérieur d’ Haïti en 2023, a révélé l’Organisation internationale pour les migrations (Oim). [mff emb rc apr 31/01/2024 13:00]

Photo : AlterPresse/AlterRadio