Español English French Kwéyol

Haïti : L’Ona condamne les actes de vandalisme contre son bureau communal à Ouanaminthe

Ouanaminthe (Haïti), 31 janv. 2024 [AlterPresse] --- L’Office national d’assurance-vieillesse (Ona) déclare dénoncer les actes de vandalisme, perpétrés contre son bureau communal à Ouanaminthe, dans le département du Nord-Est, le lundi 29 janvier 2024, dans une note de presse dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Ledit bureau a été brutalement saccagé, pillé puis incendié par des individus lourdement armés non encore identifiés, signale l’Ona.

« Ces violences constituent de graves violations des droits des assurés et des pensionnés bénéficiaires des services de ce bureau, qui préparent et assurent leur avenir et leur vieillesse ».

L’Office national d’assurance-vieillesse promet de prendre « toutes les dispositions urgentes, que requiert cette situation, pour la reprise immédiate des services de l’institution ».

Ces actes de vandalisme contre l’Onu ont été commis lors d’un mouvement de protestations, organisé le lundi 29 janvier 2024, à Ouanaminthe, pour exiger le départ du premier ministre de facto Ariel Henry.

À Ouanaminthe, Trou-du-Nord, Fort-Liberté et Terrier-Rouge (Nord-Est), des barricades de pneus usagés enflammés ont été dressés dans diverses rues par des protestataires, bloquant la circulation automobile.

Les activités commerciales, scolaires et les transports en commun ont été complètement paralysées dans le Nord-Est.

Le pont sur la rivière Canarie à Ouanaminthe a été soudé avec des barres de fer par des manifestants.

Deux personnes auraient trouvé la mort, lors de ces mobilisations, ont rapporté des médias.

En plus de Ouanaminthe, des mobilisations émaillées de violences, contre Ariel Henry ont été observées dans plusieurs villes en province, comme Cap-Haïtien (Nord), Cayes (Sud), Gonaïves (Artibonite), Jérémie (Grande Anse/ une partie du Sud-Ouest), Miragoâne (Nippes, autre partie du Sud-Ouest), Petit-Goave (Ouest).

Elles ont provoqué une perturbation des activités commerciales, scolaires et des transports en commun.

Les mouvements de rues se sont intensifiés dans la ville de Ouanaminthe, après la révocation, le mardi 23 janvier 2024, de Jeantel Joseph à la tête de l’Agence nationale des aires protégées (Anap), structure en charge de la Brigade de sécurité des aires protégées (Bsap) au sein du Ministère de l’environnement (Mde).

Une commission technique de restructuration de l’Anap, structure en charge de la Bsap, a été mise en place le 23 janvier 2024, après la mise à pied de Jeantel Joseph.

Le mercredi 24 janvier 2024, les agents de la Bsap, munis d’armes de guerre avaient défilé dans les rues à Ouanaminthe pour dénoncer la révocation de Jeantel Joseph et exiger le retrait rapide de l’arrêté révoquant leur chef. [emb rc apr 31/01/2024 10:55]