Español English French Kwéyol

Haïti-Agriculture : L’Ue octroie 6 millions d’euros pour lutter contre l’insécurité alimentaire dans le Plateau central

P-au-P., 20 déc. 2023 [AlterPresse] --- L’ambassadeur de l’Union européenne (Ue) en Haïti, l’Italien Stefano Gatto, et le représentant de l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), Patrick David, ont paraphé, le mardi 19 décembre 2023, un accord pour la mise en œuvre du projet « Appui à la production, transformation et commercialisation vivrière paysanne durable, dans le département du Plateau central », observe l’agence en ligne AlterPresse.

Financé par l’Ue à hauteur de 6 millions d’euros (Ndlr : US $ 1.00 = +140.00 gourdes ; 1 euro = 145.00 gourdes ; 1 dollar canadien = 99.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.40 gourdes aujourd’hui), ce projet, d’une durée de 36 mois (jusqu’à décembre 2026), sera exécuté par la Fao, en étroite collaboration avec le Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr), les partenaires Agronomes et vétérinaires sans frontières (Avsf) et le Mouvman peyizan Papáy (Mpp), dans les communes de Hinche, Maïssade, Cerca-la-Source et Mirebalais.

Ce projet cible plus de 1,400 ménages vulnérables, exploitant des périmètres irrigués, ainsi que 32 associations de productrices et producteurs.

« Il s’inscrit dans le cadre d’une des initiatives, les plus importantes de l’Ue dans les Caraïbes (y compris Haiti), de lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire », lit-on dans un communiqué conjoint des partenaires du projet.

Cette action, qui touchera les départements de Hinche, Maïssade, Cerca-la-Source et Mirebalais contribuera à améliorer globalement l’offre agricole dans le département du Plateau central et des zones avoisinantes, explique un représentant du titulaire de facto du Marndr, Brédy Charlot.

Le projet sera exécuté dans un contexte particulièrement difficile, marqué par beaucoup de limitations dans les déplacements des personnes et des marchandises, à travers Haïti.

Les femmes bénéficieront d’un appui soutenu dans ce projet, d’autant qu’elles sont le pivot du système de commercialisation des denrées produites sur les exploitations agricoles, fait savoir le Marndr.

Dans ses propos de circonstance, l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (Fed), Charles Jean-Jacques, dit espérer voir le Marndr contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable (Odd), dont le Ministère de la planification et de la coopération externe (Mpce) assure le suivi, avec les divers financements reçus dans le cadre de la thématique sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Pour sa part, le représentant de l’Ue, Stefano Gatto, a souligné l’importance accordée par l’Ue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que la nécessité impérative d’assurer la mise en œuvre des actions pour améliorer les conditions de vie et la résilience des plus vulnérables.

Selon le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (Ipc) de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa), 44 % de la population en Haïti serait en situation d’insécurité alimentaire sévère.

Cette tranche de la population a besoin d’une action humanitaire urgente, indique, de son côté, Patrick David, insistant sur l’engagement continu de la Fao envers l’État haïtien et la population.

Dans le département du Plateau central, 30 % de la population se trouve en phase 3 (crise), 10 % en phase 4 (urgence), soit un total de 40 % de la population du département, ajoute-t-il. [mff emb rc apr 12/20/2023 14:30]