Español English French Kwéyol

Criminalité : La Pohdh dénonce une multiplication des attaques armées et massacres de juillet 2021 à décembre 2023 en Haïti

P-au-P., 13 déc. 2023 [AlterPresse] --- La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (Pohdh) signale une multiplication des attaques armées et massacres, occasionnant des pertes humaines et matérielles considérables en Haïti, depuis le mois de juillet 2021 à décembre 2023, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

La Pohdh lance cette alerte à l’occasion de la date du 10 décembre 2023, qui marque le 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits humains (Dudh) et aussi le 32e anniversaire de la plateforme, créée le 10 décembre 1991 après le coup d’État contre le président Jean-Bertrand Aristide, dans un contexte de crise, jalonnée de violences et de persécutions politiques à l’encontre de citoyennes et citoyens haïtiens.

« Les gangs armés sont devenus plus puissants et contrôlent tout le pays. Ils tuent, kidnappent, violent, incendient et pillent impunément, notamment dans les quartiers de la capitale, Port-au-Prince, et dans le département de l’Artibonite », relève la Pohdh.

Durant l’année 2023, les actes de violences se sont intensifiés et le pays s’est enfoncé un peu plus chaque jour dans la négation des droits humains.

De janvier à août 2023, plus dix (10) attaques armées et fusillades ont été enregistrées contre la population civile et des postes de Police.

« Plus de 2,400 personnes ont été assassinées durant cette période. Vingt-deux (22) policiers nationaux ont été assassinés pendant les quatre premiers mois de l’année 2023 ».

Au moins 3,960 personnes ont été tuées, 1,432 blessées et environ 3 mille autres kidnappées, au cours de cette année 2023, en raison de la violence des gangs armés en Haïti, ont signalé le Bureau intégré des Nations unies (Binuh) et le bureau du Haut-commissariat des Nations unies aux droits humains (Hchr), dans un nouveau rapport publié le mardi 28 novembre 2023.

Entre janvier 2022 et octobre 2023, au moins 1,694 personnes ont été tuées, blessées ou kidnappées dans le Bas Artibonite, ont ajouté les Nations unies.

La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains condamne les violations massives des droits à la vie, à la sécurité, à l’intégrité physique dans le pays, où les libertés publiques des Haïtiennes et Haïtiens sont constamment violées.

La Pohdh se dit « profondément indignée et préoccupée par la dégradation de la situation générale des droits humains en Haïti ».

Elle évoque un contexte de crise politique aiguë, de dysfonctionnement aggravé des institutions étatiques, en particulier celles du système judiciaire, et de criminalité généralisée due aux attaques continuelles des gangs armés sur l’ensemble du territoire.

La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains critique l’inaction des institutions répressives de l’État, qui ont obligation de garantir l’ordre public et de protéger la vie et les biens des citoyennes et citoyens. [emb rc apr 13/12/2023 14:35]