Español English French Kwéyol

Violences des gangs : Conséquences néfastes du climat de terreur sur la santé mentale des enfants en Haïti

Par Pierre Antoine Chérilin et Emmanuel Marino Bruno

P-au-P., 30 nov. 2023 [AlterPresse] --- Le climat de terreur, instauré, en toute impunité, depuis plusieurs années, par les gangs lourdement armés en Haïti, entraine en général de lourdes conséquences sur la vie de la population, en particulier sur celle des filles et garçons, alertent des intervenants en psychologie interviewés à l’émission EkoSosyal, diffusée sur AlterRadio 106.1 Fm et sur diverses autres plateformes Internet, et suivie par l’agence en ligne AlterPresse.

Les actes de criminalité, perpétrés contre des communautés de différents quartiers dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, affectent grandement la santé mentale des enfants, qui font partie de la catégorie de personnes les plus vulnérables dans la société à cause de leur tranche d’âge, avancent-ils.

« Les enfants se trouvent dans une période, où ils se développent physiquement, mentalement et moralement. Cette évolution exige un environnement sain et stimulant. Malheureusement, la situation de terreur, qui sévit en Haïti, où des familles sont contraintes de quitter leurs foyers, touche frontalement aussi les enfants », explique l’étudiante stagiaire en psychologie Burgharth Pierre, interrogée par la plateforme AlterPresse/AlterRadio.

« Les enfants sont confrontés à des situations désastreuses, comme tout le monde. Ils n’ont pas tout-à-fait assez de capacité pour exprimer par des mots ce qu’elles et qu’ils endurent »

Lors même qu’elles et qu’ils comprennent à quel point la situation actuelle affectent les enfants, peu de parents n’expliquent pas à leurs enfants ce qu’elles et qu’ils subissent quotidiennement.

Il est important pour les parents d’éviter les châtiments corporels à leurs enfants, lorsqu’ils constatent chez eux un comportement questionnable. conseille-t-il.

Les parents, les enseignantes et enseignants dans les écoles ont besoin d’un bon soutien psychologique, afin de pouvoir favoriser la résilience chez les enfants, recommande Burgharth Pierre.

Les enfants, les parents, les enseignantes et enseignants ont toutes et tous ensemble besoin d’un soutien psychologique pour pouvoir faire face aux conséquences négatives, générées par la situation de terreur en Haïti.

« La santé des enfants est une des priorités. Toute éventuelle prise en charge des enfants devrait prendre en compte trois dimensions, qui sont l’environnement, l’individu et le biologique », souligne, de son côté, l’étudiant finissant en psychologie Willems Joseph, questionné par AlterPresse/AlterRadio.

L’un des plus grands malheurs, qui frappent les enfants sur le territoire national, notamment dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, concerne les actes de terreur, qui sont potentiellement traumatisants pour eux, prévient-il.

« Nous ne pourrons pas prendre en charge les enfants si les parents, les enseignantes et enseignants sont psychologiquement affectés », précise Willems Joseph, appelant à une prise en charge de toutes et de tous (enfants, parents, professeures et professeurs).

Il plaide en faveur d’un premier soutien psychologique au bénéfice de la majorité de la population, en particulier les enfants.

« Il faut réaliser des activités récréatives pour les enfants et les aider à accepter ce qu’ils vivent comme réalité. Car, ce que vivent les enfants aujourd’hui peut provoquer des conséquences majeures sur le reste de leur vie », avertit-il.

Willems Joseph encourage à mettre les enfants dans des situations qui les aident à parler, raconter et dire ce qu’ils ressentent, en vue de prévenir toute éventuelle dépression.

L’étudiante stagiaire en psychologie Burgharth Pierre appelle, pour sa part, à sensibiliser sur l’importance d’une prise en charge des enfants, des enseignantes et enseignants dans les écoles.

La société doit commencer à prendre conscience de l’importance de la profession de psychologue dans la vie des gens en général, propose Burgharth Pierre. [pac emb rc apr 30/11/2023 11:55]

Photo : capture d’écran / exode de familles dans un quartier de Port-au-Prince