Español English French Kwéyol

Crise : Un meilleur fonctionnement de la justice en Haïti, souhaite le Cspj

P-au-P., 02 oct. 2023 [AlterPresse] --- Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj) doit trouver les moyens pour renverser la tendance actuelle et permettre à la justice haïtienne de bien fonctionner, a déclaré le président du Cspj, le juge Jean-Joseph Lebrun, également président de la Cour de Cassation, à l’ouverture, ce lundi 2 octobre 2023, de l’année judiciaire 2023-2024, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

« La justice haïtienne est malade aux yeux de la population, qui exige des réformes comme c’est le cas dans beaucoup de pays. Elle fonctionne mal. Elle ne donne pas satisfaction à celles et ceux, qui se tournent vers elle », reconnait Lebrun, lors d’une cérémonie officielle d’ouverture des travaux judiciaires pour l’exercice 2023-2024, organisée à la Cour de Cassation, en présence du premier ministre de facto Ariel Henry.

Les autorités accordent peu d’importance à la justice, regrette le juge Jean-Joseph Lebrun, qui a présenté le bilan de son travail depuis son arrivée à la tête du Cspj, au mois de novembre 2022, avec l’appui de l’exécutif de facto.

Il se réjouit de la remise en fonction de la Cour de Cassation, paralysée depuis plus d’un an, et de la réalisation de trois opérations de certification en janvier, juin et septembre 2023, au cours desquelles 88 magistrats ont été certifiés et 37 autres non certifiés.

La mission de la justice consiste à préserver la paix civile et à veiller au respect des règles permettant la vie en société, rappelle Lebrun.

« La commission technique de certification et la direction de l’inspection judiciaire ont été renforcées pendant cette période. Une commission, spécialisée dans la gestion des marchés publics, a été installée au Cspj et à la Cour de Cassation. Des bourses d’excellence ont été accordées à des magistrats. Un guide déontologique a été élaboré », énumère le juge Jean-Joseph Lebrun.

Il mentionne aussi la mise en réseau des cours et des tribunaux, à travers un programme de Gestion informatisée des cas judiciaires (Gicaj), géré par le Cspj en partenariat avec le Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp).

En guise de perspectives du pouvoir judiciaire pour la nouvelle année judiciaire 2023-2024, qui sont les principaux défis de son administration, Jean-Joseph Lebrun insiste sur la question foncière, la formation continue, la rénovation des cours et tribunaux, l’intégration des femmes dans le système, la mise en réseau des cours et tribunaux, la relance et la modernisation de la Cour de Cassation, la lutte contre la détention préventive prolongée.

Pour sa part, le premier ministre de facto Ariel Henry évoque la nécessité de renforcer le système judiciaire en Haïti.

Saluant la mémoire de magistrats victimes du climat de terreur des gangs armés, Ariel Henry plaide pour le plein fonctionnement du système judiciaire dans l’objectif de donner des résultats à la hauteur des attentes de la population.

« Nous avons la responsabilité d’être plus exigeants et de combattre toutes les formes de falsification, qui prennent le dessus sur le fonctionnement du système ».

Ariel Henry appelle au respect du temps de la justice, à l’indépendance des magistrats, loin des agitations médiatiques provoquant des décisions émotives.

« Même au milieu des tempêtes, la république doit avancer. Et c’est justement la justice, qui calme les tempêtes et ramène la sérénité », dit-il.

Le renforcement des tribunaux, la lutte contre la détention préventive prolongée constituent des chantiers importants pour combattre l’arbitraire, avance le premier ministre de facto.

« L’État de droit, dont nous rêvons toutes et tous, ne verra pas le jour sans une justice forte, impartiale, équitable à la hauteur des exigences de la nation haïtienne ».

La cérémonie du lundi 2 octobre 2023, marquant la reprise des travaux judiciaires des cours et tribunaux en Haïti, s’est déroulée en présence des membres du gouvernement de facto, de cadres de l’administration publique, de représentantes et représentants du corps diplomatique et consulaire. [ppsf emb rc apr 02/10/2023 14:50]