Español English French Kwéyol

Haïti-Corruption : Une première réaction parmi les trois membres de l’élite économique haïtienne récemment sanctionnés par le Canada

P-au-P, 26 sept. 2023 [AlterPresse] --- Frantz Carl Braun, l’un des trois membres de l’élite économique haïtienne, sanctionnés, le jeudi 21 septembre 2023, pour des actes de corruption importants en Haïti, a fait part de sa stupéfaction et de son indignation, après cette mesure prise à son encontre, dans une note de protestation dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Tout en disant prendre acte de cette disposition, Frantz Carl Braun déclare n’avoir reçu, à date, aucune communication des autorités canadiennes sur les faits et actes concrets qui lui seraient reprochés.

Il nie avoir participé à la corruption qui gangrène le pays, commis d’actes criminels et entretenu de relations, directe ou indirecte, financière, politique ou autre, avec les bandits et les gangs armés qui terrorisent la population haïtienne.

« Je n’ai jamais eu, durant mes 69 ans d’existence, dont 47 ans de carrière professionnelle, à participer, ni comme corrupteur, encore moins, comme corrompu, à aucune affaire, aucune transaction, aucun contrat avec l’État haïtien ou avec des personnes et entreprises privées nationales ou internationales, pour lesquels j’aurais donné ou reçu un paiement, une commission, une prébende ou autres, contraire à la loi et à la déontologie », se défend-il.

« Je n’ai jamais occupé de poste politique ou ministériel, ni n’ai été comptable de deniers publics. Je n’ai jamais soudoyé un fonctionnaire public ou un homme politique, ni conspiré pour bénéficier d’avantages indus ».

Restant « fermement convaincu qu’une grave erreur a été commise » en ce qui le concerne, Frantz Carl Braun dit souhaiter « recevoir des autorités canadiennes le dossier comportant les actes et faits concrets et vérifiables », qui lui seraient reprochés et qui auraient entraîné « cette décision unilatérale », afin qu’il puisse se défendre.

Frantz Carl Braun indique vouloir prendre toutes les dispositions pour défendre sa dignité, tout en déclarant qu’il ne laissera pas sa réputation « d’homme honnête et intègre » être souillée sans se défendre.

Le gouvernement du Canada a sanctionné les hommes d’affaires Marc Antoine Acra, Carl Braun et Jean-Marie Vorbe, trois membres de l’élite économique haïtienne, pour des actes de corruption importants, qui alimentent la crise sécuritaire, politique et humanitaire sévissant actuellement en Haïti, a annoncé, le jeudi 21 septembre 2023 la ministre canadienne des affaires étrangères, Mélanie Joly, dans un communiqué.

Ces trois membres de l’élite économique haïtienne « seront interdits de territoire au Canada, en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, et feront l’objet d’une interdiction générale de transactions ».

« Le Canada a des raisons de croire que ces personnes attisent la violence et l’instabilité en Haïti, en se livrant à des actes de corruption et à d’autres actes criminels, et en permettant aux gangs armés de mener des activités illégales, qui terrorisent la population et menacent la paix et la sécurité en Haïti », selon le communiqué du gouvernement canadien.

28 citoyennes et citoyens haïtiens sanctionnés par le Canada depuis novembre 2022

Depuis novembre 2022, des sanctions autonomes ont été imposées par le gouvernement canadien à l’encontre de 28 citoyennes et citoyens haïtiens, en vertu de la loi sur les mesures économiques spéciales.

En juin 2023, le Canada a sanctionné l’homme d’affaires André Apaid ainsi que les chefs de gangs Wilson Joseph alias Lanmò Sanjou du gang 400 Mawozo, Vitel’Homme Innocent du gang Kraze Baryè, et Johnson André alias Izo 5 segonn du gang de Village de Dieu, qui opèrent dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince.

Des sanctions ont été prises contre l’ancien sénateur de l’Artibonite, Garcia Delva, et l’ex-député (2016-2020) de Petite-Rivière de l’Artibonite, Prophane Victor, avait annoncé, le jeudi 15 juin 2023, Mélanie Joly, à une réunion ministérielle.

Les sanctions américaines

Par ailleurs, le gouvernement des États-Unis d’Amérique a adopté, le vendredi 22 septembre 2023, des mesures pour imposer des restrictions de visa à cinq personnes supplémentaires d’Haïti, en vertu de la loi sur l’immigration et la nationalité, a fait savoir le département d’État américain, dans un communiqué.

Cette sanction cible « les responsables, actuels ou anciens, du gouvernement haïtien et d’autres individus soupçonnés d’être impliqués dans les opérations de gangs de rues et d’autres organisations criminelles en Haïti, par le biais d’un soutien financier et d’autres formes de soutien matériel, y compris la facilitation du trafic illicite d’armes ou de stupéfiants », selon le communiqué, qui ne révèle pas les noms des personnes touchées par cette mesure.

« Aujourd’hui, nous prenons des mesures pour imposer des restrictions supplémentaires en matière de visa aux responsables haïtiens, actuels et anciens, qui facilitent la violence. Avec cette étape, nous avons désigné plus de 50 personnes », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken, lors d’une rencontre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York (États-Unis) à laquelle a pris part le premier ministre de facto, Ariel Henry, le vendredi 22 septembre 2023.

« Nous avons recours aux sanctions et aux restrictions de visas pour demander des comptes à celles et ceux qui financent les gangs », a souligné Blinken, affirmant combien les États-Unis sont déterminés à poursuivre et à développer ces efforts.

En novembre et décembre 2022, les États-Unis ont pris des sanctions financières et des mesures de restrictions en matière de visas contre quatre politiciens haïtiens, Joseph Lambert, Youri LaTortue, Rony Célestin et Hervé Fourcand.

Plus d’une soixantaine de personnes ont été déjà sanctionnées, depuis octobre 2022, par les États-Unis d’Amérique et le Canada pour financement des gangs, corruption et blanchiment d’argent, issu, entres autres, du trafic de drogue.

Un projet de résolution, établissant un régime de sanctions sur Haïti, qui comprend un gel ciblé des avoirs, une interdiction de voyager et des mesures d’embargo sur les armes, a été adopté le vendredi 21 octobre 2022, à l’unanimité, par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu).

Ce régime de sanctions concerne toutes celles et tous ceux qui participent ou soutiennent des activités criminelles et la violence impliquant des groupes armés et des réseaux criminels, y compris le recrutement d’enfants, les enlèvements, la traite des personnes, les homicides et la violence sexuelle et sexiste.

Les sanctions de l’Onu ont imposé une interdiction sur les opérations à l’encontre du chef de gang haïtien, l’ex policier Jimmy Chérizier, mieux connu sous le nom de « Barbecue », pour des actes menaçant la paix, la sécurité et la stabilité d’Haïti. [emb rc apr 26/09/2023 10:25]

Source photo : The Dialogue / Leadership for the Americas