Español English French Kwéyol

Haïti-Violences : Des milliers de familles de Carrefour Feuilles soumises à l’horreur du gang de Gran Ravin

Environ une vingtaine de morts par balles

Par Pierre Philor Saint-Fleur

P-au-P., 17 août 2023 [AlterPresse] --- « J’ai perdu cinq membres de ma famille, dont ma mère, mon fils de 18 ans, mon père et deux de mes proches, qui avaient l’habitude de fréquenter la maison familiale », raconte, l’air désespéré, Dominique Charles, dans une interview accordée à la plateforme AlterPresse/AlterRadio, au local du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), où plusieurs des victimes sont venues chercher accompagnement.

Les pleurs et la détresse de cette mère de famille ont fait le tour des réseaux sociaux, après les atrocités perpétrées par les bandits armés de Gran Ravin, du dimanche 13 au mercredi 16 août 2023, au vaste quartier de Carrefour Feuilles (banlieue sud-est de la capitale, Port-au-Prince).

Des témoignages ont été recueillis auprès de plusieurs de ces victimes déplacées et partiellement logées dans des centres d’accueil de Port-au-Prince, dont le Gymnasium Vincent.

La plupart des victimes interrogées ont dénoncé la passivité de l’État face à la persistance des violences des bandits armés à Carrefour Feuilles.

Le cauchemar des victimes de Carrefour Feuilles

« A côté de nos maisons qui ont été détruites, nous sommes devenus des citoyennes et citoyens sans identité, car tous nos documents ont été emportés par les flammes, lors des attaques meurtrières des hommes armés de Gran Ravin », déplorent les personnes déplacées victimes dans les violences à Carrefour Feuilles.

Une dame avec des tresses, parmi les personnes déplacées, confie avoir subi une césarienne, il y a quelques mois, pour mettre au monde son enfant.

Elle rapporte avoir perdu son grand frère, dans l’après-midi du dimanche 13 août 2023, au niveau de la Rue Fouchard dans le quartier de Carrefour Feuilles.

« J’ai eu la vie sauve, parce que je n’étais pas à la maison au moment de la descente des hommes de Gran Ravin », dit-elle.

Dans tout le voisinage, les bandits armés ont tué de jeunes garçons et des enfants. Ils ont pillé et incendié beaucoup de maisons.

« C’est une situation infernale que nous avons vécue, les dimanches 13, lundi 14 et mardi 15 août 2023, à Carrefour feuilles. Ce sont des vies humaines qui ont été emportées, pour la plupart d’une balle à la tête », raconte-t-elle en sanglots.

« Je suis encore sous le choc. Je suis très stressé, parce que j’ai vécu l’horreur », exprime à AlterPresse ce jeune étudiant, vêtu d’une chemise noire et d’un pantalon bleu.

Plusieurs centaines de familles visiblement traumatisées sont contraintes d’abandonner le quartier de Carrefour Feuilles (banlieue sud-est de la capitale, Port-au-Prince), à cause des assauts répétés des membres lourdement armés du gang de Gran Ravin.

C’est le cas de ce jeune professionnel, spécialisé dans l’électricité et la maçonnerie.

« Je suis un homme de 36 ans. J’ai toute ma force et l’énergie nécessaire. Mais aujourd’hui, je suis comme un nomade. Je suis logé dans un centre, où les conditions de vie sont inhumaines. Je vis cela comme une humiliation, parce que c’était une situation prévisible ».

N’était-ce pas le comportement laxiste des autorités, on aurait pu éviter cela, a déclaré une victime.

Les personnes déplacées craignent que le vaste quartier de Carrefour Feuilles devienne un nouveau « territoire perdu ».

Elles appellent l’État à assumer ses responsabilités pour reprendre la zone contrôlée par le gang armé de Gran Ravin, qui voudrait élargir ses territoires, en s’emparant de zones stratégiques pour avoir la mainmise sur le centre-ville de Port-au-Prince et l’entrée sud de la capitale.

Intensification des violences armées au sud-est et au nord de la capitale

Environ une vingtaine de personnes ont été tuées par balles, dans des attaques armées du gang de Gran Ravin, du dimanche 13 au mercredi 16 août 2023, dans le vaste quartier de Carrefour Feuilles (banlieue sud-est de la capitale, Port-au-Prince), selon les témoignages recueillis par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Plusieurs personnes ont été tuées par balles, dont le policier national Elixon Anescat, dans de nouveaux assauts de bandits armés du gang de Gran Ravin, dans le vaste quartier de Carrefour Feuilles, dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 août 2023.

En plus de Carrefour Feuilles, plusieurs quartiers dans le nord de Port-au-Prince, dont Lilavois et Rosembert, à Bon Repos, ont connu une situation de vives tensions, ce jeudi 17 août 2023, avec des tirs nourris d’armes à feu de gangs armés.

Plusieurs résidentes et résidents de Lilavois se sont terrés chez eux pour éviter d’être victimes dans les rues par des bandits armés. Beaucoup de familles ont commencé à abandonner leurs demeures à Bon Repos, pour aller se réfugier ailleurs.

Dans l’après-midi du mercredi 16 août 2023, des individus armés ont ouvert le feu sur des passagères et passagers à l’arrière d’une camionnette, tuant au moins 5 personnes par balles, à Delmas 31.

Le mercredi 16 août 2023, au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées par balles à hauteur des localités Mowo/Pèy dans le département de l’Artibonite (Nord), par des individus armés membres du gang Gran grif installé dans la localité de Savien, dans la commune de Petite Rivière de l’Artibonite.

Dans la même journée, le gang Kokorat san ras a incendié un véhicule, qui transportait des policiers nationaux de la Brigade d’intervention à la Croix Périsse (L’Estère).

Deux fusils d’assaut de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont été emportés par les malfrats. [ppsf emb rc apr 17/08/2023 16:10]

Photo : Capture d’écran TV5 Monde