Español English French Kwéyol

Haïti-Social : Les syndicats de transports publics maintiennent les trois journées de grève annoncées, malgré les mécontentements

P-au-P., 27 juillet 2023 [AlterPresse] --- En dépit des mécontentements exprimés par beaucoup de citoyennes et citoyens, les syndicats des chauffeurs des transports publics déclarent maintenir les trois journées de grève, prévues pour les lundi 31 juillet, mardi 1er et mercredi 2 août 2023, pour forcer le gouvernement de facto à réduire de 40% les prix des produits pétroliers en Haïti, dans une interview accordée à la plateforme AlterPresse/AlterRadio.

Aucune trêve à la grève genérale d’avertissement annoncée ne sera observée, sans une baisse des prix du carburant, insistent-ils.

Le syndicaliste et président de l’Association des propriétaires et chauffeurs d’Haïti (Apch), Méhu Changeux, rappelle combien ces revendications syndicales ne concernent pas seulement la branche des transports en commun, mais la population entière.

Les trois journées de grève annoncées visent aussi à exiger du gouvernement de facto l’adoption des mesures adéquates pour combattre les actes de banditisme, qui empêchent la libre circulation des chauffeurs des transports publics sur plusieurs voies terrestres et routes nationales, ainsi que dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, fait savoir l’Apch.

« Nous ne boycottons pas les examens officiels. Nous ne faisons que revendiquer ce qui nous revient de droit. Si la tenue des examens du baccalauréat échoue, ce sera plutôt la faute du gouvernement de facto ».

L’Apch critique l’empressement du gouvernement de facto d’augmenter les prix de carburant sur le marché national, quand ces prix grimpent sur le marché international, tandis qu’il ne veut jamais les réduire lorsqu’ils sont en baisse.

« Aucune concession ne sera faite pour faciliter le déroulement des examens officiels ».

Tout en reconnaissant combien les revendications des syndicats des chauffeurs des transports publics sont justes, le secrétaire général de l’Union de parents d’élèves progressistes d’Haïti, Léo Litholu, leur demande, par contre, de reporter la grève générale d’avertissement, fixée aux dates retenues pour le déroulement des examens de fin d’études secondaires ou baccalauréat.

Le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) a aussi appelé à une trêve à la grève des syndicats des chauffeurs des transports en commun, en vue de faciliter le bon déroulement des examens officiels du baccalauréat, prévus du lundi 31 juillet au jeudi 3 août 2023, en conférence de presse donnée le 26 juillet 2023.

Les examens officiels ne seront pas reportés, soutient le titulaire de facto du Menfp, Nesmy Manigat.

« Pour la commune de Tabarre et d’autres communes confrontées à la criminalité, le Menfp dispose d’un recours appelé « Centre permanent d’évaluation », préposé à permettre à une bachelière ou un bachelier, faisant face à des problèmes de santé et sécuritaires, de composer dans une autre session », tente d’assurer le Menfp.

Plus de 118 mille candidates et candidats sont attendus, du 31 juillet au 3 août 2023, aux examens du baccalauréat, selon le Menfp.

Plus de la moitié de ces élèves se retrouvent dans le département de l’Ouest, soit 54.81%.

Plus de 200 élèves ne pourront pas composer au baccalauréat pour cause de fraude, fait savoir le Menfp.

50 écoles, soupçonnées d’avoir attribué frauduleusement des moyennes de passage à ces élèves ont été sanctionnées, fait savoir le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. [je emb rc apr 27/07/2023 15:20]