Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : 2 ans de gestion calamiteuse d’Ariel Henry, accuse le collectif des partis politiques du 30 janvier 2023

P-au-P, 08 juil. 2023 [AlterPresse] --- Le collectif des 8 partis politiques, signataires de la déclaration conjointe du 30 janvier 2023, [1].dénonce une « aggravation de la situation politique, économique et sécuritaire en Haïti », depuis la prise de fonction, le 20 juillet 2021, d’Ariel Henry comme chef d’un autre gouvernement de facto, à la suite d’un tweet de la communauté internationale.

Depuis 2 ans, la république d’Haïti est plongée dans un chaos, caractérisé par un cumul des fonctions de président et de premier ministre, en l’absence du pouvoir législatif, fustigent ces 8 partis politiques dans une lettre ouverte à Ariel Henry, authentifiée par le parti politique Organisation du peuple en lutte (Opl) et transmise à la plateforme AlterPresse/AlterRadio.

Il est temps « de mettre fin aux souffrances de la population, d’instaurer la sécurité dans le pays, de mettre le cap véritablement sur les élections, de freiner l’instabilité politique et l’effondrement de la société haïtienne, par une mise en commun des ressources nationales et la promotion du développement humain durable », déclarent-ils, accablés par une dégradation accélérée des conditions de vie de la population, une situation sécuritaire et humanitaire catastrophique, dans le contexte d’une gestion de plus en plus désastreuse de l’équipe de facto d’Ariel Henry.

Le peuple haïtien s’interroge sur « le bilan de votre administration pendant ces deux années de descente aux enfers pour la population entière, donc de débâcle pour la Nation ».

Jouissant « d’une immunité inqualifiable et d’un droit de veto sur tous les grands dossiers nationaux » Ariel Henry et son cabinet ministériel de facto voudraient, « de manière unilatérale, mettre à exécution leur projet de réviser la Constitution, la loi-mère de la république, et d’organiser des élections générales envers et contre toutes et tous », fustigent les 8 partis politiques signataires de la déclaration du 30 janvier 2023.

« Vous vous êtes donné un pouvoir sans contrôle, un mandat sans durée et des privilèges sans aucun contrôle ».

Le 27 avril 2023, le collectif des 8 partis politiques avait exprimé de vives inquiétudes par rapport au climat de chaos qui s’installe dans le pays, « dans l’indifférence et la complaisance des autorités de facto qui occupent le pouvoir depuis près de 22 mois » (depuis le 20 juillet 2021), dans une note conjointe.

Ces 8 partis politiques ont critiqué l’irresponsabilité du gouvernement de facto face à l’exacerbation, au cours du mois d’avril 2023, des actes de violence des gangs armés contre de paisibles citoyennes et citoyens dans plusieurs communes, comme Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince), Cité Soleil et Cabaret (nord), ainsi qu’au centre-ville de Port-au-Prince.

Les dirigeants, qui se sont succédé au pouvoir, au cours des trois dernières décennies, ne cessent point de galvauder systématiquement le projet démocratique, porté par la Constitution du 29 mars 1987, après la chute, le vendredi 7 février 1986, de la dictature des Duvalier (François Duvalier 22 septembre 1957 - 21 avril 1971, Jean-Claude Duvalier 22 avril 1971 - 7 février 1986), a rappelé, le 7 février 2023, le collectif des 8 partis politiques signataires de la déclaration du 30 janvier 2023. [ppsf rc apr 08/07/2023 14:35]


[1Les partis politiques, signataires de la déclaration du 30 janvier 2023, sont Pitit Desalin, Union nationale pour l’intégrité et la réconciliation (Unir), Kontrapèpla, l’Organisation du peuple en lutte (Opl), le Mouvement patriotique populaire dessalinien (Mopod), la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), le Grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (Greh ), le Parti haïtien tèt kale (Phtk)