Español English French Kwéyol

Haïti-Violence : Plusieurs bandits tués par la police à Thomassin, suite à l’assassinat de trois policiers

P-au-P., 10 avril 2023 [AlterPresse] --- Plusieurs bandits ont été tués, ce lundi 10 avril 2023,par la police à Thomassin (périphérie est), au lendemain de l’assassinat de trois policiers par des bandits armés, annonce la Police nationale d’Haïti (Pnh) dans un communiqué consulté par AlterPresse.

Sans avancer de chiffre, la police a fait savoir que des membres d’un gang local ont été mortellement touchés lors d’échanges de tirs avec la police, qui affirme avoir confisqué des fusils d’assaut.

« En dépit de l’assassinat des trois policiers, à bord d’une patrouille, par des bandits lourdement armés, le dimanche 9 avril 2023, la Pnh est, une fois de plus, déterminée et n’entend pas baisser les bras, afin de poursuivre la traque des gangs armés jusqu’à leur dernier retranchement », peut-on lire dans le communiqué affiché sur les réseaux sociaux.

Plusieurs unités de la police sont déployées, depuis dimanche matin 9 avril 2023, dans les hauteurs de Pétionville, particulièrement à Thomassin, indique la même source.

Le paradoxe, aujourd’hui, plus les jours passent, plus les gangs tendent à davantage imposer leurs lois, en tuant, kidnappant et rançonnant avec beaucoup plus de violence, partout en Haïti, pendant que les autorités continuent de se fendre en promesses de rétablir la sécurité publique sur le territoire national.

L’assassinat de 3 policiers nationaux, le dimanche 9 avril 2023, dans une embuscade attribuée au gang armé de Carlo Petit-Homme, dit Ti Makak, à Thomassin, porte à 21 le nombre de policiers tués, de janvier à début avril 2023.

Le coordonnateur général du Syndicat national des policiers haïtiens (Synapoha), Lionel Lazarre, a appelé le Conseil supérieur de la police nationale (Cspn) à prendre des dispositions urgentes, pour freiner la criminalité en Haïti, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Dans un tweet, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh) a dénoncé la mort des trois policiers en service, qualifiant d’ignoble cet acte commis par les gangs armés qui sévissent dans le pays.

Plusieurs quartiers dans la zone métropolitaine et dans les départements géographiques, notamment dans l’Artibonite (Nord), sont sous l’emprise continue des gangs qui semblent toujours gagner du terrain.

La police tente d’assurer qu’elle conduit des opérations simultanées contre plusieurs gangs armés. « Elle mobilise ses ressources humaines et matérielles pour lutter sous tous les fronts contre les malfrats », soulignent des communications de la Pnh.

Dans le département de l’Ouest, les forces de l’ordre lancent une « lutte acharnée contre les groupes armés » des zones périphériques de Canaan, Corail, Onaville, Cesselesse, Source Matelas.

Contrairement aux promesses, non suivies d’effets sur le terrain, sans cesse renouvelées du gouvernement de facto et de la Pnh, la population fait face, depuis plusieurs mois, à un climat de terreur, entretenue, en toute impunité, par de nombreux gangs armés à travers le pays.

Depuis le jeudi 6 avril 2023, des dizaines d’individus lourdement armés sèment la panique dans plusieurs zones de la commune de Montrouis (municipalité du département de l’Artibonite, à environ 66 km au nord de Port-au-Prince). Au moins 25 maisons ont été incendiées par ces bandits armés.

Depuis début avril 2023, beaucoup de familles s’enfuient de Meyotte, une banlieue de Pétionville (périphérie est), que tentent d’envahir des individus lourdement armés. Une antenne de la Pnh a été incendiée à Meyotte, que cherchent à fuir plusieurs familles.

Dans la nuit du jeudi 6 avril 2023, des individus armés ont aussi attaqué le village dénommé Onaville (au nord-est de la capitale). De nombreuses familles ont commencé à fuir la zone depuis vendredi matin 7 avril 2023, selon les témoignages recueillis par AlterPresse. [apr 10/04/2023 21:00]

Photo : RS