Español English French Kwéyol

Droits humains : Intensification de la crise humanitaire depuis janvier 2023, avec les violences armées en Haïti, alerte Ocha

P-au-P, 03 avril 2023 [AlterPresse] --- Les besoins d’aide humanitaire de la population ont augmenté, au cours du premier trimestre 2023 (janvier à mars), avec la multiplication des violences des gangs armés en Haïti, relève la branche en Haïti du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha), dans une note en date du 31 mars 2023, consultée par l’agence en ligne AlterPresse.

Plus de 5,2 millions d’hommes et de femmes haïtiens (près de la moitié de la population) ont besoin d’aide humanitaire, dans ce contexte de violence armée sur la population, souligne Ocha.

« Au moins 1,5 million de personnes, soit la moitié de la population de la capitale, sont directement touchées par la violence et voient leur liberté de mouvement et leur accès aux services de base entravés ».

Cette situation provoque « de graves conséquences pour la protection de la population haïtienne, y compris la violence sexuelle, dans la plupart des cas contre les femmes, les filles et les garçons ».

Depuis janvier 2023, au moins 93 viols impliquant des groupes armés ont été recensés par l’Organisation des Nations unies (Onu).

Il y a eu plus de 136,500 personnes déplacées à l’interne, fin mars 2023, soit deux fois plus qu’en 2021, selon l’Organisation internationale pour les migrations (Oim).

L’insécurité croissante compromet l’accès aux soins de santé dans de nombreux départements du pays. Ce climat de terreur a aussi contraint l’organisation Médecins sans frontières (Msf) à fermer temporairement son hôpital de Cité Soleil, le mercredi 8 mars 2023, rappelle Ocha.

Environ 80 % de la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, est sous le contrôle ou l’influence de groupes armés, signale Ocha.

Le département de l’Artibonite connait aussi un déchaînement de violences sans précédent, alimentée par des gangs armés.

Au moins 531 personnes sont tuées et 300 autres blessées, à cause des violences associées aux groupes armés, selon le Haut commissariat de l’Organisation des Nations unies (Onu) aux droits humains (Hcdh).

De plus, les cas d’enlèvements sont enregistrés quotidiennement dans le pays notamment dans la capitale, Port-au-Prince.

Entre les 1er janvier et 15 mars 2023, au moins 277 personnes ont été enlevées. [emb rc apr 03/04/2023 12:30]