A Jacques Roche, poète

Par Jean-Claude Bajeux [1]

Soumis à AlterPresse le 22 juillet 2005

Konbyen kòb wap bay ?
Dans cette confusion et la perversité des mots
Toute parole est mortelle
Car il faut bien qu’elle nomme l’assassin

Konbyen kòb wap bay ?
Ta mort devient monument de la barbarie
De tout ce que ta parole n’était pas
De tout ce que tu n’étais pas

Konbyen kòb wap bay ?
Le cadavre du poète habitera nos veilles et nos rêves
protestation contre le mensonge de l’heure
vérité qui scelle pour toujours ton discours et ton poème
seuls tu nous laisses à terminer ton chant inachevé
dans ce désert des hommes d’un pays
qui succombe de deuil.

Konbyen kòb wap bay ?
Ki kòb ki ta ka bay pou pwezi ki te nanm Jak Roch ?
Ki kòb ki ta ka peye pou peyi ki te rèv Jak Roch ?
Ki lajan ta ka peye sa Jak te ye ?

Jean-Claude Bajeux, 14 juillet 2005