Dépêches

Haïti : Opération policière pour mater un mouvement armé dans le Nord


lundi 18 juillet 2005

P-au-P, 18 juil. 05 [AlterPresse] --- Des agents de la police haïtienne ont mené une opération d’envergure dans la localité de Quartier Morin, commune du département du Nord, au cours de laquelle des armes et munitions qui appartiendraient à des partisans de l’ancien président Jean Bertrand Aristide ont été confisquées et des arrestations effectuées, ont rapporté des médias à Port-au-Prince.

Contactés par AlterPresse, les responsables de la police nationale se sont gardés de se prononcer sur cette opération. Toutefois, selon les informations diffusées, ces activistes favorables à l’ancien régime Lavalas s’apprêteraient à enclencher une rébellion armée dans le Nord du pays dans la perspective du retour au pays du président déchu.

De l’Afrique du Sud étant, Jean Bertrand Aristide continuerait d’alimenter la violence à Port-au-Prince, selon des propos tenus récemment par le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti, Réginald Boulos.

Le 23 juin dernier, le sous-secrétaire d’Etat américain pour les affaires hémisphériques, Roger Noriega, a accusé l’ancien président de contribuer directement aux opérations de violence en Haiti. Il a indiqué que Washington a fait part de son inquiétude à l’Afrique du Sud.

La semaine dernière, le père Gérard Jean Juste, un des bras droits d’Aristide a été interrogé par des agents du service secret de l’immigration de Miami. Le curé de la Paroisse Sainte Claire de la Petite Place Cazeau à Delmas 33 (Nord-est de Port-au-Prince) a été retenu pendant plusieurs heures alors qu’il s’apprêtait à se rendre en Haïti.

A Port-au-Prince également, le prêtre a été retenu pendant plusieurs heures et interrogé par la police.

Le 13 octobre 2004, le père Gérard Jean Juste a été arrêté par la police pour son implication suspecte dans les actes violents des partisans armés de l’ancien régime Lavalas. D’autres personnalités proches de Jean Bertrand Aristide, dont l’évêque coadjuteur de Port-au-Prince, Monseigneur Joseph Serge Miot ont été interpellées par les autorités judiciaires dans le cadre de ce dossier. [do apr 18/07/05 16 : 00]