Español English French Kwéyol

Économie : Signature d’un protocole d’accord, pour mieux contrôler le système financier en Haïti

P-au-P, 26 août 2022 [AlterPresse] --- La Banque centrale, Banque de la république d’Haïti (Brh), et l’Unité centrale de renseignements financiers (Ucref) ont signé, le jeudi 25 août 2022, un protocole d’accord dans la perspective de mieux contrôler le système financier en Haïti, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Cette signature de protocole d’accord, tenue dans les locaux du Ministère de l’économie et des finances (Mef), vise à anéantir la corruption et à retirer Haïti, à la longue, sur une liste grise des pays qui ne respectent pas les règles du système financier international.

Il s’agit aussi de trouver un terrain d’entente, afin d’entamer des actions conséquentes pour sortir Haïti de la fameuse liste grise et lui permettre d’adopter une nouvelle politique pouvant l’amener vers un développement durable.

Étaient présents, à cette cérémonie de signatures du protocole d’accord institutionnel, les titulaires de facto du Mef, Michel Patrick Boisvert, du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), Berto Dorcé, le gouverneur de la Brh, Jean Baden Dubois, et le directeur général de l’Ucref, Michelin Justable.

Michelin Justable dénonce le blanchiment des avoirs comme étant un crime organisé, tant à l’échelle nationale qu’internationale.

« Ces pratiques illégales entravent la paix et l’ordre public, et perturbent le système financier », s’indigne le directeur général de l’Unité centrale de renseignements financiers.

Depuis sa création en 2001, l’Ucref lutte contre « les criminels financiers » au sein de la société haïtienne, souligne le directeur général de l’Ucref.

« La réception, l’analyse et le traitement d’informations financières sont les missions de l’Ucref. Mais, pour les accomplir, elle a besoin d’un appui, qui lui permettra d’appliquer les mesures nécessaires pour contrôler tout blanchiment d’argent sur le territoire national », explique Michelin Justable.

L’État haïtien doit également garantir une étroite collaboration entre toutes les institutions nationales, en vue d’arriver à l’assainissement total du système financier en Haïti et également enrayer l’impunité au sein de la société.

Il est urgent de commencer à appliquer les lois, se basant sur le respect du système financier et le financement du terrorisme en Haïti, pour assurer un contrôle efficace et stopper le blanchiment des capitaux, renchérit Jean Baden Dubois.

« L’évaluation de 2018, faite pour Haïti, a montré toute une série de risques, auxquels on doit donner une réponse. Sortir de la liste grise est fondamentale pour Haïti, car c’est une épée de Damoclès qui est brandie sur la tête de la nation », met en garde le gouverneur de la Banque centrale.

La communauté internationale a posé un ultimatum, allant jusqu’au mois d’août 2023, à Haïti pour remédier à la crise économique dans le pays, au risque de couper tous transferts d’argent entre Haïti et les autres pays à l’échelle internationale, a prévenu Jean Baden Dubois, en conférence de presse, le lundi 22 août 2022.

Par ailleurs, la signature d’un autre protocole est prévue entre l’Ucref et le Bureau des affaires financières et économiques (Bafe), une unite de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), pour faciliter l’échange des informations financières, de manière confidentielle, a souligné Me. Michelin Justable, en réponse aux questions de journalistes. [rdp emb rc apr 26/08/2022 12:50]