Español English French Kwéyol

Haïti : Un énième cambriolage, en mai 2022, au Palais de justice de Port-au-Prince

Par Marie Farah Fortuné

P-au-P., 12 mai 2022 [AlterPresse] --- - Des individus non identifiés ont, de nouveau, cambriolé, dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 mai 2022, le Palais de justice de Port-au-Prince, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Plusieurs cabinets d’instruction et bureaux de substituts du parquet pres le tribunal civil de Port-au-Prince, ont été saccagés, a confirmé, dans la presse, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Jacques Lafontant.

« Le cambriolage répété de nos tribunaux, la détention préventive prolongée, les mauvaises conditions d’incarcération, les scandales de corruption au sein de la magistrature sont autant de faits, qui ne plaident pas en faveur du respect de la souveraineté juridictionnelle haïtienne vis-à-vis de celle des États-Unis d’Amérique », a réagi le professeur d’université, James Boyard, dans un tweet.

« On ne peut plus légitimement critiquer les États-Unis d’exercer un "Impérialisme juridique" en Haïti, lorsque c’est justement la justice haïtienne, qui décline sa propre compétence juridictionnelle en matière de droit commun, à chaque fois qu’elle n’affiche ni la volonté ni la capacité d’instruire ou de juger convenablement un crime commis sur le territoire national, conformément au principe de la territorialité du droit pénal », estime-t-il.

Dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 janvier 2022, le bureau du juge d’instruction Denis Cyprien a été déjà cassé, au Palais de justice de Port-au-Prince, par des individus, qui ont emporté un ordinateur au bureau du magistrat.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre 2021, le cabinet du juge d’instruction d’alors, Garry Orélien, qui était en charge du dossier d’assassinat, le 7 juillet 2021, de l’ancien président de facto Jovenel Moïse, a été également cambriolé par des individus non encore identifiés.

[Un coffre-fort, contenant plusieurs documents, dont ceux relatifs à l’assassinat de l’ex-bâtonnier de l’ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval - assassiné, par balle, le 28 août 2020, en sa résidence à Pèlerin, périphérie est - a disparu, la semaine dernière, au Palais de justice de Port-au-Prince->https://www.alterpresse.org/spip.php?article27655], dénonçait, le 9 novembre 2021, l’Association nationale des greffiers d’Haïti (Anagh) dans un entretien à AlterRadio/AlterPresse.

Des dossiers de déclarations de patrimoine de plusieurs hauts fonctionnaires publics avaient également été emportés, lors d’un cambriolage au greffe du cabinet d’instruction, condamnait l’Unité de lutte contre la corruption (Ulcc).

A l’occasion, l’organisme de droits humains Fondasyon je klere (Fjkl) a appelé à faire la lumière sur les actes de cambriolage à répétition au greffe du tribunal civil de Port-au-Prince, dans une prise de position transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Dans la nuit du 19 au 20 octobre 2020, des malfaiteurs avaient saccagé le greffe du tribunal civil de Port-au-Prince, emportant des pièces à conviction du dossier d’assassinat de l’ex-bâtonnier Me. Monferrier Dorval, assassiné par balle, le 28 août 2020, en sa résidence à Pèlerin 5 (à l’est de la capitale). [mff emb rc apr 12/05/2022 16:05]