Español English French Kwéyol

Économie : Don de 132 millions de dollars de la Banque mondiale, pour la sécurité alimentaire et les infrastructures routières en Haïti

Par Emmanuel Marino Bruno

P-au-P, 21 mars 2022 [AlterPresse] --- Un don de 132 millions de dollars américains (Ndlr : US $ 1.00 = 105.00 gourdes ; 1 euro = 116.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui) a été approuvé par la Banque mondiale (Bm), pour améliorer la sécurité alimentaire et les infrastructures routières en Haïti, indique un communiqué de l’institution dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Un montant de 102 millions de dollars américains sera consacré au Projet d’agriculture résiliente pour la sécurité alimentaire (Parsa), alors que 30 millions de dollars américains seront alloués au projet d’Accessibilité et de résilience rurale en Haïti.

Le projet agricole devrait bénéficier à environ 75 mille ménages dans le secteur agricole, soit environ 375 mille personnes. Il vise à améliorer l’accès à la sécurité alimentaire, à garantir les moyens de subsistance en milieu rural et à renforcer la résilience aux aléas climatiques.

Ce projet sera exécuté « à la fois dans les zones confrontées à de graves problèmes de sécurité alimentaire et dans les zones touchées par le séisme, à savoir les départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes (Sud-Ouest d’Haïti), et du Plateau central ».

D’ici le mois de juin 2022, 4,6 millions de personnes pourraient être en situation d’insécurité alimentaire, en raison d’un accès réduit aux denrées alimentaires de base, augure la Bm.

« Les revenus restent faibles, alors que les prix sont en hausse ». constate-t-elle.

Le Français Laurent Msellati, chef des opérations de la Banque mondiale en Haïti, souligne combien le puissant tremblement de terre du samedi 14 août 2021 a causé d’importants dégâts dans la péninsule Sud d’Haïti (départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes), entraînant une aggravation de l’insécurité alimentaire déjà préoccupante dans ces départements.

Des milliers d’agricultrices et d’agriculteurs ont perdu leurs moyens de subsistance ainsi que leur accès aux marchés, relève-t-il.

« En outre, la fréquence et l’intensité des événements climatiques extrêmes, tels que les sécheresses, les inondations et les tempêtes, ont un effet néfaste sur les cultures, les infrastructures et les actifs agricoles, affectant les moyens de subsistance en milieu rural », lit-on dans le communiqué de la Banque mondiale.

Les 30 millions de dollars américains du projet d’agriculture résiliente pour la sécurité alimentaire serviront à renforcer l’accessibilité, par la route, en tout temps, dans les zones touchées dans le tremblement de terre d’août 2021 et à améliorer la résilience du réseau routier.

Ce projet devrait être concentré sur les segments de route les plus vulnérables aux impacts du changement climatique, notamment les inondations et les glissements de terrain dans la péninsule Sud d’Haïti.

Plus de 850 km du réseau routier dans le Sud du pays ont été affectés dans le tremblement de terre d’août 2021.

Le séisme a entraîné des dommages, pouvant atteindre 160 millions de dollars et laissant plus de 450 mille personnes isolées, augmentant la vulnérabilité de la population rurale, « car certaines parties du pays restent déconnectées pendant des jours ou des semaines, après des catastrophes naturelles », signale la Banque mondiale. [emb rc apr 21/03/2022 10:30]