Español English French Kwéyol

Haïti-Criminalité : Le Spnh-17 préconise de retirer la Police nationale de la tutelle du Ministère de la justice

Un an après, aucune action contre les assassins des cinq policiers nationaux au Village de Dieu, le vendredi 12 mars 2021, déplore le Spnh-17

P-au-P, 15 mars 2022 [AlterPresse] --- Le Syndicat de la police nationale d’Haïti (Spnh-17) appelle à des dispositions pour faire sortir l’institution policière du contrôle du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), en vue de lui permettre d’avoir plus « de latitude » dans la lutte contre la criminalité en Haïti, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Haïti doit reprendre le chemin de l’ordre institutionnel. Il convient d’éviter que la Police nationale d’Haïti (Pnh) subisse de l’influence politique, afin qu’elle puisse être en mesure de conduire des actions pertinentes contre les gangs criminels, souhaite Jean Elder Lundi, coordonnateur du Spnh-17.

Le Spnh-17 dénonce la passivité, dont fait montre l’institution policière face aux bandits armés, qui ont assassiné, le vendredi 12 mars 2021, cinq policiers nationaux, lors d’une opération antigang menée par des unités spécialisées de la Pnh, au Village de Dieu, à Port-au-Prince.

Un an après ce drame, aucune réponse n’a été donnée par la Pnh aux chefs de gangs responsables de ces assassinats, déplore le Spnh-17.

Les cinq policiers, assassinés le vendredi 12 mars 2021 au Village de Dieu, sont Vivender Renois Georges, Wislet Désilus, Stanley Eugène, Ariel Poular et Lucdor Pierre.

« Un an après, l’État est resté sans rien faire, même pour récupérer les cadavres des policiers, qui ont été lâchement tués… Aucune réponse n’a été donnée aux bandits de Village de Dieu, devenus de plus en plus à l’aise », relève le Spnh-17.

Cette inaction de la Pnh a donné plus de confiance aux malfrats. C’est ce qui explique que nous assistons aujourd’hui à un étranglement de la ville de Port-au-Prince par les bandits, fustige le Syndicat de la police nationale d’Haïti.

Le samedi 12 mars 2022, une messe de requiem a été organisée, par la Pnh, en mémoire des policiers disparus dans l’exercice de leur fonction, au cours du drame survenu le 12 mars 2021 à Village de Dieu.

Les portraits des policiers Vivender Renois Georges, Wislet Désilus, Stanley Eugène, Ariel Poular et Lucdor Pierre ont été exposés, tôt dans la matinée du samedi 12 mars 2022, au pavillon de l’École nationale de police (Enp), sur la route de Frères (municipalité de Pétionville).

La cérémonie s’est déroulée en présence du directeur général ad intérim de la Pnh, Frantz Elbé, et de membres du haut commandement de l’institution policière, entre autres.

Y ont également pris part des agents de plusieurs unités, des cadres supérieurs, intermédiaires ainsi que des membres du personnel administratif de l’institution policière ainsi que des représentants du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh).

Une gerbe de fleurs a été déposée, au pied du mémorial historique à l’École nationale de police, pour honorer la mémoire des policiers nationaux disparus. [mj emb rc apr 15/03/2022 11:50]