Terrorisme : Des “bateaux-prisons” américains à Diego-Garcia ?

P-au-P., 08 juil. 05 [AlterPresse] --- Des bateaux-prisons secrets américains, pour des prisonniers soupçonnés de terrorisme, auraient été remarqués à la base américaine de Diego-Garcia, selon des informations fournies le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, l’Autrichien Manfred Nowak.

« Il existe de très, très sérieuses accusations selon lesquelles les Etats-Unis entretiennent des camps secrets notamment sur des bateaux » qui évolueraient dans l’océan Indien, a déclaré Nowak à Vienne. « Il ne s’agit que de rumeurs, mais elles apparaissent suffisamment fondées pour mériter une enquête officielle », a ajouté l’expert autrichien qui s’appuie notamment sur des témoignages d’anciens détenus.

Selon des informations diffusées par un journal de l’Ile de la Réunion, l’expert des Nations Unies sur la torture a annoncé la semaine dernière l’ouverture d’une enquête sur les détenus de Guantanamo (Base navale des USA à Cuba). Washington n’a pas « spécifiquement refusé la visite des experts, il ne l’a pas non plus accepté malgré une mise en demeure qui a expiré le 15 juin », a rapporté le journal.

« Si l’enquête à Guantanamo nous met sur la piste d’autres camps, nous la suivrons », a souligné Nowak.

« En eaux internationales, vous n’êtes sur le territoire de personne et vous pouvez affirmer que vous n’avez à obéir à aucune autre loi » que celle qui règne à bord du bateau, a souligné l’expert britannique en sécurité, Francis Tusa, dans un entretien avec la revue britannique Jane’s Review. “Cela permet de mener des interrogatoires très durs sur un prisonnier très important avant même que l’on sache que vous l’avez attrapé†, a-t-il poursuivi.

A son avis, le recours à des bateaux-prisons permet, si cela est confirmé, d’interroger des prisonniers en toute confidentialité et à l’abri de tout contrôle. Il a fait état de possibles détentions sur l’île britannique de Diego Garcia, que les Américains utilisent comme base militaire dans l’océan Indien.

L’ambassadeur américain à Maurice qui a démenti ces informations, a fait savoir que l’île servait « simplement de base où les navires et les avions faisaient escale avant de repartir ».

Les experts de l’Onu, qui souhaitent soumettre leurs conclusions à la prochaine session de la Commission des droits de l’homme de l’Onu au printemps 2006, n’ont pas caché leurs doutes quant à la volonté des Américains de coopérer avec eux sur la question des détentions extrajudiciaires, a conclu le journal. [do apr 08/07/05 15 : 15]