Haïti-Criminalité : L’organisation Reporters sans frontières et les Nations unies condamnent l’assassinat des journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louissaint

P-au-P, 12 janv. 2022 [AlterPresse] --- L’organisation internationale Reporters sans frontières (Rsf) et le systeme des Nations unies en Haïti dénoncent le double assassinat des journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louissaint, le jeudi 6 janvier 2022, à Laboule 12 (périphérie est de la capitale, Port-au-Prince), dans des prises de positions séparées dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« Rsf dénonce un acte barbare et demande aux autorités haïtiennes d’identifier, au plus vite, les commanditaires et exécutants de ce double assassinat », a déclaré le directeur du bureau Amérique latine pour Rsf, Emmanuel Colombié.

L’organisation demande à la justice et à la police haïtiennes de garantir la protection du journaliste William Vil, qui s’est miraculeusement échappé à l’attaque, afin d’avancer dans l’enquête.

« Les conditions de travail pour la presse sont déplorables en Haïti. La protection de la profession doit être une priorité du nouveau gouvernement d’Ariel Henry », exige Reporters sans frontières.

L’organisation Rsf se dit extrêmement préoccupée par l’intensification des violences contre la presse en Haïti, où les attaques armées se sont multipliées, au cours des dernières années.

« En 2019, les journalistes Pétion Rospide (Radio sans Fin) et Néhémie Joseph (Radio Panic FM Mirebalais et correspondant de Méga) ont, eux aussi, été assassinés en lien avec leur travail journalistique. Par ailleurs, depuis le 14 mars 2018, le reporter photographe Vladjimir Legagneur est porté disparu. Aucune avancée significative n’a été communiquée par les enquêteurs dans ces trois affaires », déplore Rsf.

« Ces meurtres illustrent les risques, que prennent au quotidien les journalistes haïtiens, pour exercer leur métier en toute indépendance et informer, tant la population du pays que la communauté internationale, des exactions commises par les gangs armés, en particulier dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince », déplore le système des Nations unies en Haïti.

Le système des Nations Unies dit condamner fermement les meurtres des journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louissaint, et appelle les autorités à garantir les libertés.

Il demande au système judiciaire de mettre fin à l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes en Haïti.

« La Police nationale d’Haïti (Pnh) doit décupler ses efforts, pour endiguer ce phénomène », avait exhorté le premier ministre de facto, Ariel Henry, dans un tweet publié le vendredi 7 janvier 2022.

Ariel Henry a condamné l’assassinat barbare des journalistes et a présenté, au nom du gouvernement de facto, ses condoléances à la famille et aux amis des victimes, ainsi qu’à la presse en général.

Les journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louissaint ont été tués par un gang armé, alors qu’ils enquêtaient auprès de gangs opérant à Laboule 12. [mj emb rc apr 12/01/2022 15:00]