Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Risque d’un possible bras de fer entre le tiers restant du sénat et le gouvernement de facto

P-au-P, 06 janv. 2022 [AlterPresse] --- Un nouveau bras de fer, entre le tiers restant du sénat et le gouvernement de facto d’Ariel Henry, profilerait à l’horizon, suite à la controverse autour de l’échéance du mandat des 10 sénateurs en fonction, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Dans une note en date du 5 janvier 2022, le tiers restant du sénat dénonce un « projet dictatorial et inconstitutionnel » de le renvoyer, au deuxième lundi du mois de janvier 2022, soit le lundi 10 janvier 2022.

Le tiers restant du sénat déclare mettre en garde contre une campagne d’intoxication et d’intimidation, qui consisterait, selon lui, à discréditer davantage le grand Corps pour préparer l’opinion publique à consommer naïvement ce projet.

Des manœuvres de diversions et d’intimidation sont planifiées et mises en œuvre par les laboratoires occultes, qui travaillent à la déstabilisation du sénat depuis quelques temps, fustige le tiers restant du sénat en Haïti.

Le mandat du tiers restant du sénat arrivera à terme le deuxième lundi de janvier 2023, soutient le président du sénat, Joseph Lambert, alors que plusieurs autres organisations fixent son départ au 2e lundi du mois de janvier 2022.

Sur ordre du tiers du sénat, la direction des ressources humaines demande à tous les employés de se présenter à leurs postes de travail, à partir du lundi 10 janvier 2022, en vue d’une adresse à la nation, dans un avis menaçant, rendu public le 5 janvier 2022.

Le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont a aussi mis en garde contre les velléités d’Ariel Henry de renvoyer, le 10 janvier 2022, les 10 sénateurs restants.

Le premier ministre de facto n’a pas de provisions légales et constitutionnelles pour renvoyer des élus, estime le sénateur Dumont.

Le mandat constitutionnel des dix sénateurs en fonction prendra fin le deuxième lundi de janvier 2023,, l avance, pour sa parte Centre d’analyse et de recherche en droits humains (Cardh).

Le Cardh évoque une approche fondée sur le renouvellement, qui est celle conforme à la Constitution et non controversée.

« En effet, depuis l’adoption de la Constitution, un mandat de six ans est attribué au tiers renouvelé et au 1er tiers s’il s’agit d’élections générales (scrutins pour trois tiers). A ce titre, leur mandat constitutionnel prendra fin le deuxième lundi de janvier 2023 ».

De son côté, l’un des porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire (Sdp), Me. Michel André, signataire de l’accord du 11 septembre 2021 d’Ariel Henry, considère que le mandat du tiers restant du sénat devrait arriver à terme dans 4 jours, soit le lundi 10 janvier 2022.

Le Sdp, qui fait partie du gouvernement de facto, exhorte l’équipe d’Ariel Henry à se concentrer sur l’essentiel, comme la sécurité du pays, la justice, le Conseil électoral provisoire, l’audit de gestion des organismes autonomes et du parlement pendant les 10 dernières années.

Depuis le mercredi 24 novembre 2021, le Sdp et plusieurs autres partis politiques de l’opposition ont intégré un nouveau gouvernement de facto, mis en place par Ariel Henry en dehors d’un véritable consensus. [emb rc apr 06/01/2022 12:10]