Politique : Un mort et plusieurs blessés aux Gonaïves, lors de la célébration du 218e anniversaire de l’indépendance d’Haïti

Gonaïves (Haïti), 1er janv. 2022 [AlterPresse] --- Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées par balles, lors d’affrontements armés entre les forces de l’ordre et des bandits, suite à la célébration officielle, ce samedi 1er janvier 2022, aux Gonaïves (Artibonite/Nord), du 218e anniversaire de l’indépendance d’Haïti, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

L’une des victimes a succombé à ses blessures à l’hôpital La Providence, après des échanges de tirs, rapporte une source à AlterPresse.

Ces affrontements ont éclaté suite à un mouvement de protestations, organisé contre la présence du premier ministre de facto Ariel Henry aux Gonaïves pour participer à un Te Deum traditionnel, à l’occasion de la fête de l’indépendance.

Accompagné du ministre de facto de la justice, Berto Dorcé, de celui de l’intérieur et des collectivités territoriales, Liszt Quitel, entre autres, le premier ministre de facto Ariel Henry a, quand même, participé au Te Deum, célébré par l’évêque catholique romain des Gonaïves, Monseigneur Yves-Marie Péan, à la Cathédrale du Souvenir des Gonaïves, malgré la grogne observée depuis plusieurs jours dans la commune.

Des tirs nourris ont été entendus aux alentours de la Cathédrale, où un important dispositif de sécurité a été mis en place pour sécuriser le périmètre, lors du déroulement du Te Deum.

La présence de fidèles n’a pas été remarquée à l’église, sauf quelques personnalités et autorités locales, suite aux menaces proférées par des bandits.

Pour laisser la Cathédrale, la délégation officielle a été obligée de prendre ses jambes à son cou, alors que des crépitements d’armes automatiques étaient entendus dans les parages, une véritable panique.

De vives tensions ont régné également près de la place d’armes, où étaient érigés les stands officiels, devant accueillir les officiels du gouvernement de facto.

Vu la situation de troubles qui y persistaient, Ariel Henry a été contraint de laisser la cité de l’indépendance, sans prononcer le discours traditionnel attendu.

La veille, le vendredi 31 décembre 2021, des rafales d’armes automatiques ont retenti aux Gonaïves, laissant présager d’éventuels troubles.

Le jeudi 30 décembre 2021, un véhicule a été incendié par des individus non identifiés, dans le cadre de mobilisations visant à boycotter les activités commémoratives du 1er janvier 2022, dans la commune des Gonaïves.

En janvier 2020 et 2021, des mouvements de protestations, annoncés par l’opposition politique, avaient également empêché le président de facto d’alors Jovenel Moïse de se rendre aux Gonaïves, dans le cadre de ces célébrations officielles. [apr 01/01/2022 15:40]

Vidéo circulant sur les réseaux sociaux