Haïti-Politique : Reprise des préparatifs aux Gonaïves, pour le 1er janvier 2022, sur fond de grogne

Gonaïves (Haïti), 30 déc. 2021 [AlterPresse] --- Les préparatifs, pour l’organisation de la cérémonie commémorative du 218e anniversaire de l’indépendance d’Haïti (1er janvier 1804 - 1er janvier 2022), se poursuivent dans la ville des Gonaïves, malgré la grogne observée depuis plusieurs jours, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

En dépit des dispositions sécuritaires, prises par la Police nationale d’Haïti (Pnh) et ce qui est appelé Forces armées d’Haïti (Fad’h) pour sécuriser la construction d’un stand officiel envisagé, un véhicule aurait, malgré tout, été incendié par des individus non identifiés, le jeudi 30 décembre 2021, rapportent des médias.

Pourquoi tout ce déploiement armé, pour aller faire de la démagogie, alors que rien n’est fait pour mettre fin aux manœuvres des gangs armés, particulièrement à Martissant (périphérie sud de la capitale Port-au-Prince), sous la terreur criminelle depuis le 1er juin 2021 ?, se demandent de nombreuses voix.

En effet, les travaux de construction du stand devant accueillir, aux Gonaïves, le 1er janvier 2022, les officiels du gouvernement de facto, ont repris, ce jeudi 30 décembre 2021, sous haute surveillance des agents de plusieurs unités de la Police nationale d’Haïti (Pnh).

Ces travaux ont été suspendus, suite à des mouvements de protestations violentes, entamés le mardi 28 décembre 2021, par un groupe de citoyens, qui s’opposent à la venue du premier ministre de facto, Ariel Henry, aux Gonaïves.

Blessé grièvement à la tête, Jean Élie Saintélus, un charpentier travaillant à la construction du stand parmi les travailleurs, a été transporté d’urgence à l’hôpital.

Cette situation de panique et de tensions a régné, lors la visite du directeur général ad intérim de la Pnh, Frantz Elbé, dans le cadre des préparatifs pour l’organisation des activités officielles.

Le chef ad intérim de la police dit « compter sur le sens d’engagement professionnel des policiers envers la population, qu’ils ont la responsabilité de protéger et de servir », dans une note de l’institution policière publiée sur sa page Facebook.

Pour le traditionnel discours de la fête de l’indépendance du pays, le président Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2021, n’avait pas pu se rendre aux Gonaïves, en janvier 2020 et 2021, dans le cadre de ces célébrations officielles, en raison des mouvements de protestations annoncés par l’opposition politique.

Ces célébrations avaient plutôt lieu au palais national et au Musée du panthéon national (Mupanah), à Port-au-Prince. [mj emb rc apr 30/12/2021 14:40]