Español English French Kwéyol

Le Garr déplore l’état de dégradation des droits humains en Haïti

P-au-P, 13 déc. 2021 [AlterPresse] --- La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) attire l’attention des autorités étatiques sur l’état de dégradation effrénée des droits humains en Haïti, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

La terreur, qui règne depuis plusieurs années en Haiti, a notamment contribué à la détérioration du climat sécuritaire, relève la plateforme Garr.

A l’occasion du 10 décembre 2021, 73e anniversaire de la déclaration universelle des droits humains, de la citoyenne et du citoyen, la plateforme Garr dénonce les violations des droits fondamentaux, sur le territoire national, comme l’accès aux soins de santé, à l’éducation, à la nourriture et à un logement décent.

Le droit de vivre en toute sécurité et dans un environnement sain n’est guère garanti. Les conditions socio-économiques de la population haïtienne deviennent de plus en plus précaires.

La crise sanitaire, due au Covid-19 (le nouveau coronavirus) et le tremblement de terre ayant frappé, le 14 août 2021, le grand Sud - où plus de 1,2 million de personnes ont été touchées - ont généré un accroissement de la pauvreté dans le pays et, donc, une situation de crise humanitaire, constate la plateforme Garr.

Cette situation s’ajoute aux affrontements répétés des gangs armés au sud de la capitale, qui ont poussé plusieurs centaines de milliers de citoyennes et de citoyens à fuir le pays.

L’expulsion, cette année 2021, de plusieurs dizaines de milliers de migrantes et de migrants, principalement par les États-Unis d’Amérique, la République Dominicaine, Cuba, les Bahamas, le Mexique, et d’autres pays de la région n’a fait qu’exacerber la situation déjà critique des droits humains, signale la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés.

Malheureusement, « aucun programme de réinsertion de ces afflux de populations n’a été ni initié, ni encadré par l’État ».

La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés appelle à une conscientisation des autorités étatiques, des actrices et acteurs de la société civile, sur l’urgence d’un redressement de la situation des droits humains en Haïti.

Les autorités doivent agir, au plus vite, pour combattre la criminalité, qui représente l’un des aspects les plus importants de la crise actuelle, car elle entrave, de façon globale et significative, la jouissance des autres droits fondamentaux.

La plateforme Garr exhorte l’État haïtien à faire de la question des droits humains un élément central de ses politiques publiques, afin de garantir progressivement et dignement les droits fondamentaux de la population haïtienne. [mff emb rc 13/12/2021 14:05]