Économie : Le secteur syndical réclame un ajustement du salaire minimum dans le contexte difficile actuel en Haïti

P-au-P, 24 nov. 2021 [AlterPresse] --- Le secteur syndical à travers la Confédération des travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé (Ctsp), Confédération des des travailleuses et travailleurs haïtiens (Cth), la Centrale nationale des ouvrières et ouvriers haïtiens (Cnoha) et Entèsendikal premye me batay ouvriye (Espm-bo) réclame un ajustement du salaire minimum en faveur des travailleuses et travailleurs, dans le contexte actuel en Haïti.

Les organisations syndicales se disent extrêmement préoccupées par la dégradation accélérée et effrénée de la situation du pays, dans une prise de position transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

« Depuis au moins deux ans, il n’y a aucun ajustement du salaire minimum, en violation de l’article 137 du Code du travail qui prévoit un ajustement de salaire chaque fois que le taux d’inflation atteint le seuil de 10%, alors que sur les deux dernières années, le taux d’inflation dépasse la barre de 30% », critiquent-elles.

Le salaire minimum en vigueur varie entre 250.00 et 550.00 gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 100.00 gourdes ; 1 euro = 112.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.80 gourde aujourd’hui), dépendamment du segment considéré. Le salaire minimum pour les ouvriers de la sous-traitance est fixé, en 2019, à 500.00 gourdes contre 420.00 gourdes en 2018.

Les organisations syndicales fustigent les organes publics de sécurité sociale, qui sont dysfonctionnels et l’indifférence du Ministère des affaires sociales et du travail (Mast) par rapport à sa mission dans le domaine social.

Le Mast est composé d’un « personnel dont la grande majorité est incompétente et non qualifiée », estime le secteur syndical.

Il déplore le laxisme du secteur privé qui se rend ainsi complice de la détérioration de la situation dans le pays.

Le secteur patronal profite de cette conjoncture pour continuer à violer systématiquement les droits syndicaux, notamment le droit à la liberté syndicale et à la négociation collective, ajoute-t-il.

« Beaucoup de travailleurs et de travailleuses subissent de mauvaises conditions de travail, sont suspendus et révoqués de manière arbitraire ».

Face à cette situation, les organisations syndicales préconisent de manière urgente une négociation entre les concernés sur l’ajustement du salaire pour les travailleurs.

Elles appellent le gouvernement à effectuer une inspection générale du milieu du travail haïtien et à appliquer la loi face au cas de violation et à rendre fonctionnels et efficaces les organes de sécurité sociale, notamment la structure du Conseil d’administration des organes de sécurité sociale (Caoss) et le Conseil supérieur des salaires (Css). [apr 24/11/2021 16:40]