Criminalité : Près d’une vingtaine de personnes enlevées, en un seul jour, en Haïti

P-au-P., 23 nov. 2021 [AlterPresse] --- Des bandits armés ont enlevé, le mardi 23 novembre 2021, près d’une vingtaine de personnes, en Haïti, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Environ une quinzaine de passagères et passagers, à bord d’un autobus assurant le trajet Port-au-Prince/Port-de-Paix, ont été kidnappés, dans la matinée du mardi 23 novembre 2021, entre les municipalités de Gros Morne (département de l’Artibonite) et Bassin Bleu (département du Nord-Ouest).

Les ravisseurs auraient exigé 1 million de gourdes par personne (Ndlr : US $ 1.00 = 100.00 gourdes ; 1 euro = 112.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.80 gourde aujourd’hui), selon les informations disponibles.

James Philistin, grand frère du journaliste de la Radio Télé Vision Caraïbes (Rtvc), Marc Guerson Philistin, et trois autres personnes qui l’accompagnaient ont été aussi enlevés dans la soirée du mardi 23 novembre 2021, à Port-au-Prince.

Les ravisseurs ont exigé 5 millions de dollars pour la libération des otages.

Des fonctionnaires du Laboratoire national de santé publique (Lnsp) ont entamé, ce mercredi 24 novembre 2021, un mouvement de protestations, pour exiger la libération de l’un de leurs collègues, Sylvester Bijoux, kidnappé, avec une autre personne, depuis le vendredi 19 novembre 2021, à Pernier 48, dans la commune de Pétionville (périphérie est de la capitale, Port-au-Prince).

Les protestataires ont dressé des barricades sur la route de Delmas 33 et perturbé tous les services du Lnsp, dont celui concernant les tests de Covid-19 (le nouveau coronavirus).

Les cas de kidnapping continuent de se multiplier sur le territoire national, pendant que, se déroulait, ce mardi 23 novembre 2021, une première réunion de commandement élargi dirigée par le chef ad intérim de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Frantz Elbé, autour de la situation sécuritaire, qui prévaut dans le pays.

Cette réunion « hautement stratégique » a porté essentiellement sur l’évaluation de la situation sécuritaire du pays et la mise en place d’un système de sécurité, capable de contrecarrer, en un temps record, les facteurs liés à l’insécurité (banditisme, criminalité, kidnapping et autres), précise une note de l’institution policière. [emb rc apr 24/11/2021 12:30]