Haïti : Le Groupe de travail sur la sécurité dénonce une banalisation de la vie par les autorités étatiques

P-au-P, 23 nov. 2021 [AlterPresse] --- Le lancement du Groupe de travail sur la sécurité (Gts), dont l’objectif est de proposer des pistes de solutions pouvant aider à aborder, dans tous ses aspects, la problématique de l’insécurité en Haïti, a eu lieu le mardi 23 novembre 2021, au local du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Le directeur exécutif du Rnddh, Pierre Espérance, membre du Gts, dénonce la banalisation de la vie par les autorités étatiques, lors de ce lancement, auquel a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Les autorités, qui seraient de connivence avec les groupes armés, affaiblissent les institutions haïtiennes, fustige Pierre Espérance.

Aucune disposition concrète n’est prise pour renforcer les institutions publiques et freiner l’insécurité organisée, déplore le Rnddh.

Pour sa part, Ashley Laraque, autre membre du Gts, critique l’indifférence de la société face au problème de sécurité.

Si aucun effort n’est fait pour résoudre les problèmes sociaux du pays, la solution à l’insécurité ne sera pas durable, met-il en garde.

Le Gts va non seulement faire pression sur les instances gouvernementales pour qu’elles puissent faire leur travail, mais aussi sensibiliser surtout les jeunes, pour éviter qu’ils sombrent dans la délinquance, déclare Laraque.

Le gouvernement de facto demeure impuissant à combattre la recrudescence des actes de criminalité dont le kidnapping qui touchent toutes les couches de la société.

La police face à l’insécurité

Le chef a.i de la Police nationale d’Haïti, Frantz Elbé a dirigé, ce mardi 23 novembre, sa toute première réunion de commandement élargi, autour de la situation sécuritaire qui prévaut dans le pays.

Y ont pris part l’inspecteur général en chef, les directeurs centraux, les 11 directeurs départementaux et plusieurs autres cadres de l’institution policière.

Cette réunion hautement stratégique a porté essentiellement sur l’évaluation de la situation sécuritaire du pays et la mise en place d’un système de sécurité capable de contrecarrer en un temps record les facteurs liés à l’insécurité (banditisme, criminalité, kidnapping et autres), indique une note de l’institution policière publiée sur sa page Facebook.

L’élaboration d’un ordre d’opération spécial pour la période des fêtes de fin d’année et le traitement des questions internes liées à l’avancement de grade du personnel policier ainsi que le concours pour une nouvelle cohorte de commissaires, prévue pour le début de décembre 2021, ont été les autres points abordés à cette réunion. [emb apr 23/11/2021 16 :00]

Photo : Capture d’écran