Haïti : Impasse politique persistante

Par Gotson Pierre

P-au-P., 23 nov. 2021 [AlterPresse] --- Le premier ministre de facto Ariel Henry n’est pas parvenu, en plus de deux mois, à former un nouveau gouvernement, tel que l’accord du 11 septembre 2021 le préconise, observe l’agence en ligne AlterPresse.

La formation d’une nouvelle équipe gouvernementale est en effet le premier point de l’accord, paraphé par Ariel Henry et des membres de l’ancienne opposition au pouvoir de Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2021.

Toujours pas de consensus pour mettre en place ce gouvernement. Visiblement, le chef de gouvernement n’a pas trouvé la formule permettant de rencontrer les attentes de ses alliés et gérer des exigences contradictoires.

Comment concilier les intérêts du Parti haïtien tèt kale (Phtk) de l’ancien président Joseph Martelly, ceux des proches de l’ancien président Jovenel Moïse, qui se font appeler les jovenelistes, et ceux de l’ancienne opposition ?

Les partis, qui ont, auparavant, combattu le pouvoir tèt kale, exigent publiquement que, dans la formation du nouveau gouvernement, Ariel Henry ne fasse pas la part belle à son secteur d’appartenance. Ils pointent particulièrement du doigt ceux-là, dont les noms sont cités dans la dilapidation des fonds Petrocaribe de l’aide vénézuélienne et dans les massacres qui se sont multipliés durant l’administration de Jovenel Moïse.

Une exigence partagée par la société civile, qui, cependant, est embarquée dans un processus tout autre. Elle s’attèle, présentement, à mettre en place des structures prévues par l’accord de Montana (30 août 2021), signé par des centaines d’associations, des partis et regroupements de partis.

Le Bureau de suivi de l’accord du 30 août 2021 poursuit ses démarches pour la mise en place du Conseil national de transition (Cnt), en vue d’une transition de rupture avec le pouvoir en place, annoncent les responsables.

25 personnalités ont été, pour le moment, désignées, par des organisations de la société civile et politiques, pour faire partie du Cnt, qui aurait à établir un Exécutif bicéphale (président et premier ministre).

Le temps passe et presse. Plus de 120 jours déjà que Ariel Henry est à la primature. Le contexte demeure très volatile, avec une montée continue de l’insécurité et de la violence, ce qui affecte les principaux secteurs d’activités économiques et sociales. [gp apr 23/11/2021 12:00]

Photo : Primature