Haïti-Rép. Dom. : Poursuite des rapatriements de migrant.tes haïtien.nes, malgré les promesses dominicaines de suspension, déplore le Garr

L’une des femmes expulsées affirme avoir subi des attouchements sexuels, de la part d’un agent de la migration dominicaine en présence de ses collègues.

P-au-P., 22 nov. 2021 [AlterPresse] --- Les rapatriements de migrantes et migrants haïtiens se poursuivent de la République Dominicaine vers Haïti, malgré les promesses de suspension, faites par les autorités dominicaines à l’envoyé spécial d’Ariel Henry en territoire voisin, Daniel Supplice, note la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

« En effet, les 17 et 18 novembre 2021, au terme de la mission de Daniel Supplice, les agents de la migration dominicaine ont rapatrié au total plus de 400 personnes à Ouanaminthe (Nord-Est) et à Belladère (Plateau central). Parmi elles, deux jeunes étudiants en sciences de la santé, originaires du Cap-Haïtien (Nord) », souligne la plateforme Garr.

Ces nouvelles déportations, enclenchées depuis le début du mois de novembre 2021, s’élèvent, au 18 novembre 2021, à 1,541 personnes rapatriées, dont 153 femmes enceintes, 9 femmes allaitantes et 128 enfants (76 filles et 52 garçons).

La plateforme Garr se dit choquée par les traitements inhumains, subis par ces personnes, particulièrement les femmes et les enfants.

L’une des femmes expulsées affirme avoir subi des attouchements sexuels, de la part d’un agent de la migration en présence de ses collègues.

La plateforme Garr invite les autorités dominicaines à surseoir à la chasse et aux rapatriements massifs des femmes enceintes, qui sont une violation grave aux lois sur la migration, selon lesquelles « la détention ne doit jamais être utilisée dans les cas des mineurs, des femmes enceintes ou allaitantes, des personnes âgées et des demandeurs d’asile ».

Elle lance un appel à la solidarité des peuples envers les personnes migrantes, notamment les femmes enceintes.

La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés appelle l’État haïtien à permettre à la population d’avoir accès aux services sociaux de base, notamment la santé, l’éducation, etc., qui font partie des droits humains fondamentaux.

Pour baisser la tension entre Haïti et la République Dominicaine, à la suite de récents débats diplomatiques, entre le titulaire haïtien de facto au Ministère des affaires étrangères (Mae), Dr. Claude Joseph, et le président dominicain Luis Abinader Corona, l’ambassadeur haïtien, Daniel Supplice, a été envoyé, en mission, en République Dominicaine, du lundi 8 au samedi 13 novembre 2021.

A son retour en Haïti, Daniel Supplice s’est montré satisfait de sa mission d’échanges avec plusieurs autorités dominicaines.

Il a révélé avoir proposé la création d’une sous-commission, au sein de la commission mixte bilatérale, composée des forces de police et de l’armée des deux pays, des membres des ministères des affaires étrangères et de l’intérieur des deux pays, pour se pencher sur les problèmes au niveau de la frontière.

Les dossiers des étudiantes et étudiants haïtiens, de l’utilisation du service de santé dominicain par des Haïtiennes et Haïtiens, la question de l’identification des Haïtiennes et Haïtiens ont été également abordés lors de ces rencontres, a fait savoir Daniel Supplice. [emb rc apr 22/11/2021 13:50]