Haïti-Politique : Le Mopod critique l’absence de volonté d’Ariel Henry pour résoudre la crise

P-au-P, 04 nov. 2021 [AlterPresse]--- Le premier ministre de facto, Ariel Henry et son équipe n’ont aucune volonté pour trouver une solution à la crise, fustige le porte-parole du parti politique Mouvement patriotique populaire dessalinien (Mopod), Raphaël André, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Ariel Henry représente la continuité du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir, il a contribué à l’aggravation de la situation dans le pays, fustige le Mopod.

Il critique également le silence complice des autorités de l’État face aux actes de criminalité, dont le kidnapping, la pénurie du carburant sur le marché national, entre autres.

Les secteurs politiques et ceux de la société civile sont toujours divisés sur la façon de résoudre la crise socio-politique.

Le Bureau de suivi de l’accord du 30 août 2021 (Bsa) avait invité Ariel Henry à présenter une proposition concrète, pour un dialogue politique conséquent autour de leurs visions distinctes s’inscrivant dans le cadre des démarches stratégiques pour une transition en Haïti.

Cette demande a été formulée par le Bsa, à l’issue d’une rencontre, tenue, le mardi 26 octobre 2021, avec Ariel Henry.

Le premier ministre de facto continue d’insister sur l’organisation des élections et la question de la Constitution, alors que le contexte ne serait pas propice, selon plusieurs secteurs opposés.

Dans une note, le Collectif du 4 décembre 2013 a exhorté à nouveau les forces vives de la nation et chaque Haïtienne/Haïtien, en particulier, à une prise de conscience citoyenne, en vue d’une issue à la crise actuelle.

« La seule et unique voie possible pour un redressement de la « barque nationale » effondrée, c’est d’accepter que pendant une période de transition fondatrice le pays soit gouverné par une équipe de gens compétents, patriotes et intègres », estime ce regroupement de citoyennes et de citoyens.

Le Collectif du 4 décembre 2013 souligne, en ce sens, l’urgence de rétablir la confiance de la population.

De son côté, le Secteur démocratique et populaire (Sdp) demande au chef du gouvernement de facto Ariel Henry de mettre en place un véritable gouvernement de consensus et efficace, dans le cadre de l’application de l’accord du 11 septembre 2021,

Quoique partisan de l’accord d’Ariel Henry, le Sdp déclare rejeter le gouvernement en place, pour son incapacité à faire face aux problèmes pressants de la population, concernant la sécurité et la rareté des produits pétroliers.

Des membres de ce gouvernement et des fonctionnaires de l’État continuent d’alimenter financièrement les groupes criminels, dénonce-t-il. [emb apr 04/11/2021 15:40]

Photo : Primature