Haïti : Le Cardh prône une entente sur un plan de sécurité pour sortir de la crise

P-au-P, 27 oct. 2021 [AlterPresse] --- Le Centre d’analyse et de recherche en droits humains (Cardh) estime nécessaire un plan de sécurité et une solution à la crise de carburant en Haïti, dans un rapport daté du lundi 25 octobre 2021, transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Il exhorte le gouvernement intérimaire et la société civile et politique à s’entendre immédiatement sur un plan de sécurité et résoudre la crise de carburant.

« Ces deux questions doivent être dépolitisées, sinon c’est le chaos total qui servira de butin de guerre aux mains invisibles ».

La pénurie de carburant principalement provoquée par la guerre des gangs à Martissant (Gran Ravin/Village-de-Dieu/ Ti Bwa), depuis le 1er juin dernier, et ceux de Cité Soleil, pousse plusieurs hôpitaux à Port-au-Prince et dans d’autres villes du pays, à réduire leurs activités ou fermer leurs portes.

« Les hôpitaux n’ont pas d’oxygène, certains ne reçoivent plus de patients... Les enfants en pédiatrie, les femmes en maternité, les adultes, les patients de la Covid-19, les malades admis en soins intensifs seront les premiers à être affectés », signale le Cardh.

Le fonctionnement des télécommunications et des médias est également affecté par la situation de crise et des produits de première nécessité ne sont plus disponibles sur le marché.

Le pays a poursuivi le mardi 26 octobre sa deuxième journée de grève générale, à l’appel des syndicats de transports, pour protester contre la pénurie de carburant et l’insécurité grandissante dont le kidnapping.

Les actes de kidnapping ont augmenté de près de 300%, totalisant 221 cas, de juillet à septembre 2021, indique l’organisme de défense des droits humains.

« La plupart des femmes kidnappées sont violées et ont subi des violences extrêmes. Après leur libération, elles tombent dans un traumatisme exagéré ».

De plus, plusieurs centaines d’écoles n’arrivent plus à fonctionner en raison de ces affrontements armés.

« De 4ème avenue Bolosse à Fontamara 27, il y a environ 90 écoles privées et 9 écoles publiques. Du bas de Delmas à la rue des Miracles, en passant par La Saline, il y a au moins 27 écoles publiques. La commune de Cite Soleil en compte plusieurs. À ce tableau déshumanisant, s’ajoute des dizaines de milliers d’Haïtiens fuyant l’enfer d’Haïti pour se réfugier un peu partout en Amérique, déportés, rapatriés dans les conditions inhumaines les plus extrêmes ».

Pour le Centre d’analyse et de recherche en droits humains le gouvernement intérimaire montre son incapacité face à la détérioration des conditions de vie des citoyens. L’organisme lui rappelle son obligation d’agir pour gérer la situation.

Aucune initiative n’a été annoncée, après le remplacement du chef de la police, Léon Charles laissant sa place à Frantz Elbé. Sauf quelques changements ont été effectués au sein de la hiérarchie policière, n’ayant pour le moment aucun effet visible sur la situation de crise. [mj emb apr 26/10/2021 14:53]