Haïti : Gouvernement absent

Par Gotson Pierre

P-au-P., 26 oct. 2021 [AlterPresse] --- Il n’y a aucun signe d’existence d’un gouvernement, alors que la paralysie est totale en Haïti durant deux jours, et que l’incertitude et l’inquiétude gagnent du terrain, observe AlterPresse.

La deuxième grève générale, suivie depuis lundi 25 octobre 2021, à l’appel des syndicats de transports, n’a curieusement suscité aucune initiative de la part des autorités, dont on est sans nouvelle depuis le week-end écoulé.

Même le compte Twitter du premier ministre de facto Ariel Henry n’a pas été actualisé depuis 48 heures.

Aucune initiative annoncée, après le remplacement du chef de la police, Léon Charles laissant sa place à Frantz Elbé. Sauf quelques changements au sein de la hiérarchie policière, n’ayant pour le moment aucun effet visible sur la situation.

Les activités sont encore globalement paralysées aussi bien à la capitale que dans les principales villes d’Haïti.

C’est pratiquement un pays à l’arrêt : rues désertes, véhicules de transports en commun absents, de très rares motos-taxis. Commerce formel et écoles fermés, très faibles activités informelles. Incidence notable sur les bureaux publics largement paralysés également.

Des produits de premières nécessités ne sont plus disponibles sur le marché. L’accès aux médicaments est aussi très réduit. Les hôpitaux, les télécommunications et les médias éprouvent beaucoup de difficultés à fonctionner.

En apparence, le mouvement actuel rappelle le « pays-locked ». En apparence seulement.

Le « pays-locked » a été un vaste mouvement pour contraindre l’ancien président Jovenel Moïse, à démissionner, suite à la dénonciation de nombreuses violations de droits humains, actes de corruption et atteintes à l’indépendance des institutions.

Aujourd’hui, la situation est extrêmement confuse. Il y a certes le mot d’ordre des syndicats contre la criminalité et la pénurie de carburants. Mais, il y a aussi des pans entiers de la capitale aux mains des gangs, qui imposent leurs lois.

Ils ont ainsi pu mettre la main sur des stocks importants de carburant ou bien empêcher la distribution à partir des dépôts de stockage au nord et au sud de la capitale, situés dans les quartiers qui subissent directement leur règne.

Il y a aussi aujourd’hui une apparente guerre intestine à l’intérieur du bloc de pouvoir. Plusieurs clans sont face à face et ne s’entendent pas. Tandis qu’une grande frange de l’ancienne opposition impliquée dans le « pays-locked » se retrouve dans une alliance avec l’actuel pouvoir d’Ariel Henry. [gp apr 26/10/2021 12:00]