Criminalité : La Ce-Jilap exige de bonnes dispositions institutionnelles, pour freiner les actes de kidnapping en Haïti

P-au-P, 15 oct. 2021 [AlterPresse] --- La Commission épiscopale nationale (catholique romaine) Justice et Paix (Ce-Jilap) exhorte les autorités étatiques à prendre rapidement de bonnes dispositions institutionnelles, pour freiner les actes de kidnapping, qui sèment la terreur au milieu de la population en Haïti, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

La Ce-Jilap appelle à créer des conditions sécuritaires pertinentes, pour permettre aux élèves, étudiantes et étudiants de se rendre à l’école dans la sérénité.

La Police nationale d’Haïti (Pnh) doit chercher à arrêter les kidnappeurs, les auteurs intellectuels et matériels ainsi que tous les complices des actes d’enlèvements et d’assassinats, exige la Ce-Jilap.

Un nombre indéterminé de cas d’enlèvements et d’assassinats sont enregistrés, à une vitesse effrénée, en toute impunité, ces dernières semaines, sur le territoire national, particulièrement dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, où opèrent plusieurs gangs armés.

Dans la matinée du vendredi 15 octobre 2021, 1 femme et 5 hommes ont été retrouvés sans vie, avec des impacts de balles sur leurs corps, dans la commune de Gressier (à une trentaine de km au sud de Port-au-Prince), selon plusieurs médias de la capitale.

Des mouvements de protestations ont encore eu lieu, cette semaine, un peu partout dans la capitale, pour exiger la libération de plusieurs personnes enlevées, dont Johnson Joseph, un employé de Direction de l’immigration et de l’émigration (Die) et le directeur d’un bureau de l’Office assurance véhicules contre tiers (Oavct), Kurdy Doredel Larêche. [emb rc apr 15/10/2021 14:30]