Crise : Les États-Unis annoncent l’envoi d’équipes techniques, pour chercher à améliorer la situation sécuritaire en Haïti

P-au-P, 1er oct. 2021 [AlterPresse] --- Le gouvernement américain enverra des équipes techniques, pour chercher à améliorer la situation sécuritaire en Haïti, informe le secrétaire d’État adjoint aux affaires des Amériques, Brian A. Nichols, au terme d’une visite en Haïti, du mercredi 29 septembre au vendredi 1er octobre 2021, en conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Pour ce qui est de la sécurité, la semaine prochaine, nous aurons une équipe technique du département d’État, du Bureau pour le narcotique international et la répression », fait savoir Brian A. Nichols, qui était accompagné de Juan Sebastian Gonzalez, assistant spécial auprès du président Joseph Robinette (Joe) Biden.

« Nous nous sommes entendus sur différents étapes, qui peuvent améliorer la situation sécuritaire », lors de « discussions très productives tenues, le jeudi 30 septembre 2021, avec le directeur général de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ».

L’équipe technique, qui sera envoyée en Haïti, aura à aborder ces points, de manière plus détaillée, précise le secrétaire d’État adjoint étasunien.

« La semaine d’après, le sous-secrétaire d’État pour les droits humains et pour les affaires civiques effectuera également une visite en Haïti, pour aborder la question de la sécurité et des questions de justice. Et finalement, après, nous aurons aussi la visite, de celui qui est nouvellement nommé au Département d’État pour le narcotique international et la répression ».

En visite en Haïti, les 2 émissaires américains ont rencontré le premier ministre de facto Ariel Henry, le directeur de la Pnh, Leon Charles, le titulaire de facto du Ministere des affaires étrangères, ainsi que des représentantes et représentants d’organismes multilatéraux, a fait savoir Michèle Sison, l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique en Haïti.

Le secrétaire d’État adjoint aux affaires des Amériques souligne combien son objectif est de supporter une solution haïtienne à la crise.

« L’une des choses que nous encourageons, c’est que les gens se mettent ensemble et arrivent à forger une vision unique pour l’avenir d’Haïti. Aucune solution efficace pour Haïti ne sera une solution imposée de l’extérieur ».

« La solution aux problèmes haïtiens concerne les Haïtiennes et Haïtiens eux-mêmes, et réside dans leur vision », soutient Brian A. Nichols, rappelant combien le rôle des États-Unis est de soutenir les Haïtiennes et Haïtiens dans leur vision.

L’accord du 30 août 2021, baptisé Accord de Montana, est un « document très fort et solide », estime-t-il, par rapport aux différents accords proposés.

Toutefois, le secrétaire d’État adjoint aux affaires des Amériques précise que les États-Unis ne vont pas trancher sur les propositions d’accords.

« Les États-Unis ne vont pas choisir de gagnants ou de perdants. (…) toutes celles et tous ceux, qui ont signé les trois accords, ont accepté de se mettre ensemble et de voir dans quelle mesure ils vont s’entendre sur une seule vision ».

Composé de 21 membres, dont 13 de la Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise, et de 8 membres élus par trois secteurs, le Bureau de suivi de l’accord du 30 août 2021 (Bsa) a initié ses travaux, depuis le 20 septembre 2021, suite à des élections tenues entre les 15 et 18 septembre 2021.

C’est ce qu’ont indiqué les membres du bureau de suivi de l’accord du 30 août 2021, qui s’active à mettre en place les autres structures devant lui permettre de remplir efficacement son mandat, dans une note.

Le bureau de suivi de l’accord du 30 août 2021 a pour mission de veiller à la mise en œuvre dudit accord, en ce qui concerne, notamment, la formation des organes de la transition politique.

Entre-temps, le Secteur dit démocratique et populaire (Sdp) et les partis politiques Fusion des sociaux-démocrates haïtiens (Fusion), Inite, Inifòs, Ansanm nou fò, Force louverturienne... ont décidé de bouder l’accord du 30 août 2021, au profit de celui du 11 septembre 2021, proposé par le premier ministre de facto Ariel Henry pour une « gouvernance apaisée et efficace ». [mj emb rc apr 1er/10/2021 16:10]