Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Le renvoi du Cep controversé, « un petit pas », dixit le parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes

P-au-P, 29 sept. 2021 [AlterPresse] --- Le renvoi des membres du Conseil électoral provisoire (Cep) du 20 septembre 2020 constitue « un petit pas » dans la bonne direction, estime le parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rdnp), dans un entretien accordé à l’agence en ligne AlterPresse.

Ce Cep a été monté de manière inconstitutionnelle et illégale, par l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, suite à un arrêté présidentiel en date du 18 septembre 2020.

« Nous appuyons totalement cette décision. Nous sommes en attente, désormais, de vrais pas. Le renvoi de ce conseil devrait être fait bien avant », soutient Eric Jean Baptiste, secrétaire général du Rdnp.

Les membres du Cep décrié étaient dans l’illégalité. Ils n’avaient pas prêté serment devant la Cour de Cassation, ni ne bénéficiaient d’aucun support du secteur politique, de la société civile et même de l’international, poursuit le parti politique Rdnp.

Le parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes espère la publication d’un chronogramme d’activités, pour l’organisation des élections et le rétablissement d’un climat sécuritaire dans le pays, à travers le renforcement des forces de sécurité nationale.

Les membres, devant constituer le nouveau conseil électoral,doivent être nommés, selon les dispositions prévues dans la Constitution, souhaite le parti politique Rdnp.

« Si les procédures sont respectées, nous-mêmes, nous allons avancer ».

Le parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes figure parmi les partis politiques, qui se sont inscrits au registre électoral du Cep controversé, sur 119 partis enregistrés.

Dans une note, portant la signature d’Esperancia César, qui était vice-présidente de l’organisme controversé, les membres du Cep controversé ont déclaré rejeter la décision du premier ministre de facto, Ariel Henry, de leur renvoyer, à travers un arrêté, publié en date du lundi 27 septembre 2021, dans le journal officiel « Le Moniteur ».

Cet arrêté ne nous concerne pas, puisqu’au regard de la loi, il est en violation flagrante de l’arrêté du 14 septembre 2020 nommant les membres dudit conseil, avancent les membres du Cep controversé.

Les membres du Cep controversé projettent de saisir les instances judiciaires et administratives, pour exiger l’annulation de leur révocation.

« Les membres du Cep de Mme Mésadieu (présidente) ne pourront pas contester leur révocation par devant une instance judiciaire, puisqu’ils n’avaient pas prêté le serment constitutionnel », réagit l’un des porte-paroles du Secteur dit démocratique et populaire (Sdp), Me. Michel André, dans un tweet.

« Ils ne pourront jamais établir leur qualité. Ils resteront des imposteurs pour toujours. Le dossier est clos », poursuit le Sdp. [mj emb rc apr 29/09/2021 15:30]