Justice : La Fjkl exige une reprise de l’enquête sur l’assassinat de Me. Monferrier Dorval

P-au-P, 27 août 2021 [AlterPresse] --- L’organisme de droits humains Fondasyon je klere (Fjkl) appelle le pouvoir de facto en place à prendre toutes les dispositions nécessaires, pour assurer la reprise de l’enquête relative à l’assassinat, le 28 août 2020, à Pèlerin 5, dans la même zone où habite le président Jovenel Moïse, dans la commune de Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince), du bâtonnier de l’Ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval.

La Fjkl estime nécessaire le support de la coopération internationale pour l’aboutissement de l’enquête, dans un communiqué en date du 27 août 2021, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

La Fjkl dénonce les actions des agents de l’exécutif de facto, qui viseraient à entraver la bonne marche de l’instruction concernant ce dossier.

Ce qui constitue, selon elle, une volonté manifeste de l’équipe au pouvoir, pour faire obstruction à la justice et priver le peuple haïtien du droit à la vérité sur cet assassinat.

A date, huit personnes sont écrouées dans le cadre de cette affaire, contre quarante-quatre (44) pour l’assassinat, le 7 juillet 2021 de Jovenel Moise.

La négligence du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me. Bed-Ford Claude, a empêché l’audition de plusieurs personnalités, visées dans l’ordonnance du magistrat instructeur, Renord Régis, en date du 24 mai 2021, pour être citées à comparaître, regrette la Fjkl.

Il s’agit de l’épouse de Jovenel Moïse, Martine Joseph Moïse, de l’ex-président du sénat de la république, Carl Murat Cantave, de l’ex-premier ministre Joseph Jouthe, de l’ex-conseiller spécial de Jovenel Moïse, Guichard Doré, de Me. Reynold Georges et de Me. Guerdy Blaise.

De plus, le directeur général de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Léon Charles, a désarmé les agents de sécurité rapprochés du magistrat instructeur Renord Régis.

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj) lui a aussi enlevé son véhicule de fonction.

Ces actions ont poussé le magistrat instructeur et tous les membres de sa famille à quitter le pays, sans aucune certitude sur la date de son retour au bercail, poursuit la Fjkl.

Différentes organisations nationales et internationales continuent de réclamer justice pour le défunt bâtonnier Monferrier Dorval.

Le Barreau des avocates et avocats de Port-au-Prince annonce des activités à Pétionville (à l’est de la capitale), pour marquer le premier anniversaire de l’assassinat, le 28 août 2020, du feu bâtonnier Me. Monferrier Dorval.

Une conférence-débats est prévue, ce vendredi 27 août 2021, alors qu’une messe de souvenir est programmée pour le samedi 28 août 2021. [emb rc apr 27/08/2021 16:20]