<

Haïti-Assassinat de Jovenel Moïse : Des organisations expriment leurs réserves face à la désignation du juge Garry Orélien pour instruire le dossier

P-au-P, 26 août 2021 [AlterPresse] --- Plusieurs organismes de défense des droits humains expriment leurs réserves, quant à la désignation du magistrat Garry Orélien pour instruire le dossier d’assassinat, le mercredi 7 juillet 2021, de l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, selon des informations rassemblées par AlterPresse.

L’Action internationale pour les droits Humains (Aidh) affirme avoir des doutes sur la capacité du juge d’instruction pour instruire cette affaire, dans un tweet.

Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) déplore l’inexpérience de Garry Orélien pour traiter ce genre de dossier « très sensible et nouveau pour lui ».

Le palais national aurait usé d’une manœuvre déloyale pour nommer Garry Orélien juge d’instruction,alors qu’il a été récemment nommé dans le système, a confié, au journal Le Nouvelliste, Pierre Espérance, directeur exécutif du Rnddh.

Pour sa part, l’Organisation des citoyennes et citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh) dit accorder le bénéfice du doute au nouveau juge d’instruction, dans un entretien à AlterPresse/AlterRadio.

L’Ocnh déclare n’avoir rien à reprocher, jusqu’ici, au magistrat Orélien, contrairement au juge Mathieu Chanlatte, qui a été contesté pour sa manière de traiter l’affaire Dermalog et celle opposant l’État haïtien à la Société générale d’énergie S.A. (Sogener).

Aucune avancée n’a été enregistrée dans le dossier de Dermalog, dont l’instruction judiciaire a été assurée par le magistrat Mathieu Chanlatte.

Le 13 août 2021, iMathieu Chanlatte s’est déporté de l’affaire, « pour convenances personnelles », dit-il.

L’Ocnh souhaite qu’Orélien fasse preuve d’un comportement autonome, indépendant et respectueux de la déontologie de la magistrature.

L’organisme de défenses des droits humains exhorte le juge à ne pas se laisser instrumentaliser par les politiques.

Pour sa part, l’Office de la protection de la citoyenne et du citoyen (Opc) demande aux autorités concernées de doter, urgemment, le nouveau magistrat instructeur, Gary Orélien, de tous les moyens logistiques et sécuritaires nécessaires lui permettant de mener efficacement le dossier d’assassinat de Jovenel Moïse.

Tout en saluant la désignation de Gary Orélien, l’Opc espère que le magistrat exercera ses attributions et mènera son instruction en toute indépendance, avec l’appui technique d’une commission spéciale des Nations unies, dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Gary Orélien est le nom du nouveau juge désigné, par le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, Me. Bernard Saint-Vil, pour instruire l’affaire relative à l’assassinat de Jovenel Moïse.

Cette nouvelle désignation fait suite au désistement, le 13 août 2021, du juge instructeur Mathieu Chanlatte, quelques jours après avoir été choisi par Bernard Saint-Vil, pour conduire le dossier.

Les commanditaires, les auteurs intellectuels et matériels de ce crime révoltant doivent être clairement identifiés, poursuivis et jugés conformément à la loi pénale, exige l’Opc.

Tous les moyens nécessaires ont été mis à disposition, pour permettre au nouveau juge d’instruction, Gary Orélien, de bien mener ce dossier, a fait savoir, le lundi 23 août 2021, sur son compte Twitter, le titulaire de facto du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), Rockefeller Vincent, membre de l’exécutif de facto.

« Que ceci soit clair : Tous les efforts seront déployés pour arrêter tout individu impliqué dans ce crime », déclare Rockefeller Vincent. [emb rc apr 26/08/2021 10:40]