Haïti-Séisme-Sud : Les répliques continuent de semer la panique - Nuit de tourmente

Actualisation : 11:30

P-au-P, 15 août 2021 [AlterPresse]--- La poursuite des répliques continue de semer la panique, suite au séisme de magnitude 7, qui a ravagé le Sud du pays, le samedi 14 août 2021, faisant 724 morts, 2,800 blessés et d’immenses dégâts matériels, suivant un bilan partiel de la Protection civile, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

De fortes répliques ont été ressenties dans la soirée dans les zones touchées. A Jérémie (Grande Anse/une partie du Sud-Ouest d’Haïti), comme dans d’autres zones, c’était l’émoi.

Une mère de famille confie à AlterPresse/AlterRadio qu’elle a pensé que c’était la fin du monde. D’autant que l’électricité n’était pas disponible.

Les gens ont évidemment dormi dehors, suivant les consignes émises par des spécialistes, très souvent sous une tente improvisée.

Parents et proches se sont regroupés dans des espaces ouverts, pour dormir, parfois sur un tapis ou un vieux matelas à même le sol. La même situation a prévalu autant pour les adultes que pour les enfants ou même les bébés.

« Heureusement qu’il n’a pas plu, malgré les signes de mauvais temps », a déclaré au réveil une riveraine de Jérémie à AlterPresse/AlterRadio.

Secours précaires

La recherche des victimes se poursuit avec les maigres moyens disponibles. Les hôpitaux régionaux tentent d’aménager une réponse, mais avec peu de ressources, et sont pratiquement dépassés par l’ampleur des besoins.

Certains parents ont essayé d’avoir recours à des soins alternatifs.

Le secteur santé a annoncé plusieurs initiatives de solidarité, et des centres hospitaliers de diverses villes non directement affectées ont fait part de leur disposition à accueillir les victimes.

On signale la présence de membres de la Mission médicale cubaine, apportant leur assistance dans certaines des zones affectées.

Dans un contexte de crise politique et institutionnelle, la coordination des secours demeure un défi, d’autant que rien n’a changé à la situation de violence des gangs armés, notamment à Martissant (périphérie, sud de la capitale) qui bloque l’accès aux départements touchés.

Dispositions gouvernementales

L’état d’urgence est déclaré pour un mois sur les départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes (Sud-Ouest), et de l’Ouest où se trouve la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince.

C’est ce qu’a annoncé le premier ministre de facto, Ariel Henry, lors d’une conférence de presse donnée dans l’après-midi de samedi et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Plusieurs professionnelles et professionnels de santé ainsi que des médicaments ont été dépêchés vers des centres. Les personnes nécessitant des soins supplémentaires ont été évacuées. Des travaux ont été aussi entrepris pour débloquer les routes obstruées, fait savoir Ariel Henry.

Des dispositions ont été aussi prises pour acheminer de la nourriture dans les villes de province, affectées par le séisme.

La Police nationale d’Haïti (Pnh) et les Forces armées d’Haïti sont mobilisées pour garantir le transport de l’aides humanitaire, poursuit le premier ministre de facto.

Le gouvernement intérimaire invite tous les pays, qui souhaitent aider Haïti, à acheminer leurs aides à travers le Centre d’opération d’urgence nationale (Coun).

La Protection civile a fait savoir que des dispositions ont été prises pour tenter de coordonner les secours. Toute entité, désirant apporter de l’aide aux victimes, devra se faire enregistrer.

Le gouvernement, sous la direction du premier ministre de facto Ariel Henry, finalise un plan d’intervention d’urgence, pour venir rapidement en aide aux communautés affectées, indique le Ministère de la défense, dans une note publiée sur sa page Facebook.

« Nous sommes profondément attristés d’apprendre les pertes en vies humaines et biens, suite au tremblement de terre survenu aujourd’hui. Nous sommes solidaires au peuple haïtien et sommes prêts à assister dans le processus de récupération », exprime l’Ambassade américaine en Haïti, sur son compte Facebook.

Dans un message écrit, le Ministère de l’éducation et de la formation professionnelle (Menfp) a présenté ses sympathies aux victimes, en général, aux agentes et agents éducatifs, en particulier, tout en appelant à la solidarité citoyenne agissante pour sauver des vies.

Un précédent séisme de magnitude 7.3, survenu le mardi 12 janvier 2010, avait fait 300 mille morts et d’importants dégâts en Haïti. [mj emb gp apr 15/08/2021 06:30]

Photo logo : Réseaux sociaux
Photo intérieure : Mission médicale cubaine en Haïti